Atelier BD dans les collèges de Brest. "Je trouve ça trop stylé !"

L'auteur et scénariste de BD brestois, Florent Calvez, anime, depuis novembre, des ateliers dans les classes de 5e de trois collèges de Brest. Les 125 élèves planchent sur un personnage historique original : le chevalier de Fréminville, grand marin du XIXe siècle qui fut aussi un travesti.

"Vous prenez vos affaires, un stylo feutre ou un bic noir, et vous allez vous asseoir". Ces élèves de 5e du collège Penn-ar-C'hleuz à Brest ne se font pas prier pour prendre place autour des tables du CDI. On entendrait presque une mouche voler. 
L'enseignante qui les accompagne cède la place à Florent Clavez, scénariste et dessinateur de bande dessinée. Pendant deux heures, Quentin, Baptiste, Maihere, Sacha et les autres vont plonger dans l'univers du chevalier de Fréminville, grand marin et savant brestois du XIXe siècle excentrique qui avait la particularité de s'habiller en femme. 


Storyboard, encrage, couleur


Cet après-midi-là, les collégiens passent à l'étape d'encrage des dessins réalisés par Florent Calvez. Lors de rencontres précédentes, l'auteur les avait initiés à l'élaboration du storyboard, un découpage du scénario qu'il a lui même brossé sur ce chevalier que l'on surnommait à Brest "mademoiselle Pauline". 
 

"Les faire travailler à partir de mes dessins évite de les mettre en difficulté, explique l'auteur brestois. Je donne un cadre, ils travaillent sur les ambiances. Pour ceux qui ne sont vraiment pas à l'aise avec le dessin, l'approche est plus confortable".

 

Avec un simple crayon, tu peux raconter une histoire, faire rigoler, donner des émotions. Un crayon, une gomme et voilà !

Logann, 12 ans

Logann s'applique à encrer. "J'ai pas envie de rater, dit-il, la tête collée à sa feuille. C'est trop bien cet atelier parce qu'on apprend des choses et aussi à dessiner". Le dessin, ce n'est pas trop son truc d'ordinaire. Pas plus que celui de Baptiste. "A la base, je suis pas fan, confie-t-il. Je lis un peu de BD, mais voilà quoi ! Je ne savais pas qu'il y avait autant d'étapes pour faire une BD, je pensais que tout était toujours fait à l'ordinateur. Quand je vois les dessins de Florent Calvez, c'est incroyable tous ces détails, ces ombres, les reflets, ça rend joli".
 

Il est trop stylé, le dessin de m'sieur Calvez. Mais il y a plein de traits aussi et ça, c'est compliqué

Maihere, 12 ans

Les petits traits, les hachures si chères à l'auteur de la série "Mousquetaires", ils n'y échapperont pas. "C'est beau, ça a du sens" remarque Sacha qui n'a pas l'air de peiner devant sa planche. 

 

Exposition en septembre


"Quand on a commencé les ateliers, je les sentais bloqués par le dessin, relate Florent Calvez. Ils serraient leur stylo, avaient peur de mal faire. Et puis, ils s'y sont mis, ils se sont appropriés le projet"
Penn-ar-C'hleuz est l'un des trois collèges que sillonne l'auteur de BD et co-fondateur de la revue Casiers. Kerhallet et La Fontaine-Margot sont aussi sur sa feuille de route. Ce travail dans les établissements scolaires est partie intégrante d'une résidence de création organisée par les médiathèques de Brest.

"2020, c'était l'année de la BD, souligne Alice Carrier, en charge de l'action culturelle à la médiathèque des Capucins. Nous voulions mettre en place une résidence d'artiste de quatre mois, à partir de novembre. Elle a pu être maintenue, malgré le contexte sanitaire. Elle donnera lieu à la production de huit planches inédites sur le chevalier de Fréminville". Et à une exposition dès septembre sur les cimaises de la médiathèque des Capucins.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée culture livres éducation société