BD : pour son 5e numéro, la revue Casier[s] vous fait naviguer entre Seine et Penfeld

Casier[s], c’est une revue annuelle. 144 pages de BD réalisées par une vingtaine d’auteurs et un thème différent pour chaque numéro, toujours en lien avec la Cité du Ponant. Le n°5 ne déroge pas à la règle avec un Paris-Brest "en moins de temps qu'il ne faut pour le lire !"
 

Julien Solé signe la couverture de la revue Casier[s] n°5.
Julien Solé signe la couverture de la revue Casier[s] n°5. © Casier[s]
C’est un rendez-vous désormais bien ancré pour tous les amateurs de bandes-dessinées à Brest : la sortie de Casier[s] programmée chaque année quelques jours avant les Rencontres brestoises de la BD aux Capucins. À l’occasion de ce festival bien ancré dans la Cité du Ponant, la revue s’arrache comme des petits pains. 400 exemplaires vendus en 2 jours, malgré le contexte lié à l’épidémie de Covid, de quoi réjouir son rédacteur-en-chef, Janfi Demolder : "C’est un gros temps fort pour nous, c’est pour ça qu’on sort la revue juste avant. Il y a toujours énormément de gens qui viennent l’acheter à cette occasion."
 
Les auteurs de Casier[s] en dédicaces aux Rencontres brestoises de la BD.
Les auteurs de Casier[s] en dédicaces aux Rencontres brestoises de la BD. © Cécile Hocquet


À mi-chemin entre le magasine et le livre, Casier[s] c’est donc, une revue 100 % brestoise, et 100 % BD, un collectif qui compte une quarantaine de membres. Dessinateurs ou scénaristes, professionnels ou amateurs, tous ont choisi de contourner les circuits traditionnels de l’édition pour publier ensemble. À commencer par ces recueils d’histoires courtes qui leur permettent de s’aventurer là où on ne les attend pas forcément. 

"C’est une sorte de laboratoire en fait. Comme c’est des histoires courtes, ça permet de tester des choses qu’on ne peut pas faire ailleurs. Pour ma BD par exemple, c’est moi qui ai écrit le scénario et dessiné la majorité des pages, mais j’ai demandé à Aude Samama de réaliser des dessins qu’on a ensuite insérés dans certaines cases", confirme Janfi Demolder.
 

Pour chaque numéro de la revue, le comité de rédaction impose un thème. Cette année : Paris-Brest. La couverture donne le ton. Julien Solé en est l’auteur, et pour lui, nous dit-on, "Paris-Brest, c’est l’histoire de sa vie ou tout au moins l’histoire qu’il livre (au suspense insoutenable) à chaque parution de Casier[s]." 

Un souvenir plus gourmand me serait moi remonté à la mémoire… "On donne juste le thème, sans forcément le décliner plus que ça. Après, on voit où ça nous emmène. L’inspiration peut prendre des voies complètement différentes", admet le rédacteur-en-chef. 
 


Il est un point malgré tout, sur lequel tous se rejoignent. Brest est toujours présente dans toutes les histoires. Brest comme décor quand il s’agit d’une fiction, ou parce qu’un fait-divers ou un fait historique s’y est déroulé. Brest sous tous les angles, sur tous les tons, et à toutes les époques. 
 


Sorti le 16 septembre, le n°5 de la revue Casier[s] est en vente dans toutes les librairies de Brest (et ses alentours) ou à commander sur le site de l’association. Les auteurs planchent déjà sur le prochain numéro. Un spécial cinéma. 
 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée culture livres