Brest 2024. Guerre en Ukraine : Le navire russe « Shtandart » n'est pas autorisé à participer aux Fêtes maritimes

C'est la réplique d'une frégate russe du XVIIIe siècle, le « Shtandart » était attendu le 10 juillet dans le port de Brest pour participer aux Fêtes maritimes. Dans un communiqué, la Préfecture du Finistère annonce ce dimanche soir qu'il n'est pas autorisé à s'amarrer.

Le Shtandart est la réplique d'une frégate russe du XVIIIe siècle. Il était attendu à Brest pour les fêtes maritime et devait arriver ce 10 juillet. La préfecture du Finistère vient de lui refuser tout accès à tous les ports du département. Une décision qui est la conséquence du conflit entre la Russie et l'Ukraine. 

Un arrêté notifié au capitaine ce dimanche

Voici le communiqué de la préfecture du Finistère : 

"À la suite de la modification en date du 24 juin dernier du règlement (UE) 833/2014 du Conseil du 31 juillet 2014 concernant des mesures restrictives eu égard aux actions de la Russie déstabilisant la situation en Ukraine, lequel règlement inclut désormais « les navires répliques historiques » dans le champ d’interdiction d’accès aux ports des pays membres de l’Union européenne des navires battant ou ayant battu pavillon russe avant le 24 février 2022, le Préfet du Finistère, en lien avec les autorités gouvernementales, a pris un arrêté d’interdiction d’accès au port de Brest à l’encontre du navire le « Shtandart ».

Cet arrêté a été notifié ce jour au capitaine du navire, qui n’est donc pas autorisé à accéder au port de Brest, dans lequel il souhaitait s’amarrer à compter du 10 juillet prochain, ni à aucun autre port du département."

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité