Brest/Metz, nouvelle confrontation du classico du handball féminin

Les handballeuses messines et brestoises se disputeront une place pour le Final 4 de la Ligue des champions ce dimanche 4 avril à 16h, avec un quart de finale aller en Bretagne.

Lors de leur dernière confrontation le 28 mars dernier, le BBH a pris le dessus sur Metz 27-22
Lors de leur dernière confrontation le 28 mars dernier, le BBH a pris le dessus sur Metz 27-22 © Arnaud Scherer/Metz Hanball

Avant une demi-finale de Coupe de France (fin avril) et une très probable finale du championnat de France (mi-mai), les joueuses des deux meilleures équipes françaises de handball féminin ont un premier grand rendez-vous ce dimanche dans la Brest Arena, pour le quart de finale aller de la Ligue des champions. Une double confrontation pour définir laquelle des deux équipes représentera la France pour la deuxième fois au Final 4 de la C1, après Metz en 2019.

L'an passé, Messines et Brestoises avaient validé leur place en quarts de finale, avant que la pandémie de Covid-19 ne vienne mettre un terme définitif à la compétition. 

Avantage aux Brestoises

Les Rebelles du BBH restent sur deux victoires cette saison en championnat face aux Messines, dont la dernière le 28 mars en Lorraine où les bretonnes l'ont emporté 27-22.

"Je pense que l'on a marqué un coup, parce qu'on sait que c'est très difficile de gagner aux Arènes. Remettre un écart de cinq buts chez elles, psychologiquement elles ont dû prendre un petit coup. Maintenant, tout reste à jouer, et il faut se méfier des bêtes blessées", prévient l'ailière droite de Brest, Pauline Coatanea.

"Outsiders après les deux dernières confrontations, bien sûr", admet Manon Houette l'ailière gauche de Metz, même si l'internationale âgée de 28 ans espère bien que Metz va utiliser ces deux revers pour essayer de "renverser la tendance sur les 120 minutes" à venir.

Des gardiennes de choc dans les deux équipes

Pour Metz, c'est Hatadou Sako qui garde les cages. Meilleure gardienne du championnat la saison dernière avec l'effectif niçois, cette joueuse au fort tempérament a rejoint la Lorraine à la mi-saison. Elle se réjouit du match à venir : "C'est deux grosses équipes qui font que ce sera un gros choc. C'est un petit classico du handball."

En face, deux gardiennes se partagent la cage brestoise : la danoise Sandra Toft, et la française Cléopatre Darleux, qui font souvent une mi-temps chacune. "Je ne sais pas si on est le meilleur binôme d'Europe, mais on est pas mal" estime modestement Sandra Toft.

       

        

Au moins quatre, voire six classico Brest/Metz à venir

Avec au moins quatre, et probablement six matches les unes contre les autres sur la grosse dizaine de rencontres qui restent à disputer, Brestoises et Messines vont finir par se connaître par coeur d'ici à la fin de la saison prévue fin mai.

"Ces confrontations rapprochées, ça va être de la tactique, essayer de surprendre dans certains secteurs, notamment dans les matches de Ligue des champions en matchs aller-retour", souligne la Brestoise Pauline Coatanea.

"Ce sera à celui qui aura le mieux travaillé, à celui qui trouvera les meilleures parades aux qualités de l'adversaire, à celui qui aura le mieux analysé la stratégie. Ça va être hyper intéressant", confirme la Messine Manon Houette.

 

        

        

       

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handball féminin handball sport