Brest : Vidipi, le vide-dressing permanent où le vendeur, c'est vous

Publié le
Écrit par Carole Collinet-Appéré
"Quand un article est vendu, l'argent va directement dans la cagnotte des utilisateurs de Vidipi" indique Bastien Le Rest, l'un des deux concepteurs de ce vide-dressing permanent
"Quand un article est vendu, l'argent va directement dans la cagnotte des utilisateurs de Vidipi" indique Bastien Le Rest, l'un des deux concepteurs de ce vide-dressing permanent © Carole Collinet-Appéré/France Télévisions

Ce n'est pas n'importe quelle boutique qui ouvrira ses portes ce samedi 5 septembre, à Brest, dans le Finistère. Vidipi est un vide-dressing permanent imaginé par deux jeunes Brestois. Les vêtements, chaussures et accesssoires de mode de seconde main y sont directement vendus par les particuliers.


Des vêtements suspendus à des portants. Une décoration tout en bois. Sur des étagères, quelques plantes. Une petite enceinte diffuse de la musique. Au premier coup d'oeil, la boutique Vidipi, installée rue Jean Jaurès à Brest,  pourrait ressembler à un magasin de vêtements ordinaire. Sauf que l'on n'y croise pas les vendeurs habituels. Ici, le vendeur, c'est vous. 


"C'est plus convivial que revendre sur internet"


Vidipi est un vide-dressing permanent créé par Bastien Le Rest et Ronan Pouliquen. "Le premier en France" assurent les deux amis d'enfance, à leur poste derrière le comptoir de la boutique. Ce jour-là, Gladys, une accro au shopping, arrive avec un sac rempli de vêtements dont elle souhaite se séparer.
Adepte de la revente sur des plateformes comme Vinted, la jeune Brestoise est plutôt séduite par le concept Vidipi. "Le fait qu'il y ait un vrai magasin, c'est plus convivial qu'internet, dit-elle. Et puis, au moins, je n'ai pas tout l'aspect logistique des envois de colis à gérer car parfois, ça peut devenir contraignant"

 


"Donner une seconde vie aux vêtements"


Avant de se rendre à la boutique, il a quand même fallu qu'elle réserve un dressing d'exposition sur le site de Vidipi. Gladys a opté pour une location d'une semaine. "Pour commencer, histoire de tester". C'est elle également qui a fixé le prix des vêtements qu'elle veut vendre.

A son arrivée, Bastien lui remet des étiquettes assorties d'un code-barre, préalablement préparées en ligne. "On peut apporter trente articles, pas plus, indique-t-elle tout en clipsant des antivols sur les jupes, pantalons, robes et autres chemisiers qu'elle rangera ensuite sur des cintres. Je trouve cela plus intelligent de donner une seconde vie aux vêtements. Moi aussi je me tourne de plus en plus vers l'achat de vêtements déjà portés".


"Conçu pour et avec les Brestoises"



Vidipi ne supervise que la vente dans sa boutique. "Quand un article est vendu, l'argent va directement dans la cagnotte du vendeur, précise Bastien. Chaque code-barre aposé sur les étiquettes correspond à la personne qui a déposé ses vêtements. Elle peut suivre à distance et réapprovisionner le portant qu'elle a loué dès qu'un vêtement trouve preneur"
Ce vide-dressing de 135 m2 est entièrement dédié à la mode féminine. Le magasin a même été conçu pour et avec les Brestoises, via un questionnaire relayé sur les réseaux sociaux. "On a voulu savoir quel serait leur magasin idéal, ce qu'elles attendaient, quelle déco elles imaginaient. On voulait vraiment coller aux attentes des futures utilisatrices".

 


Inspiré des kirppis finlandais


Le vide-dressing permanent imaginé par Bastien Le Rest et Ronan Pouliquen s'inspire du concept de vide-grenier permanent inventé par les Finlandais : les kirppis.
Lorsqu'il a fait sa valise, direction la Finlande pour un échange Erasmus de six mois, Bastien a découvert ces magasins où toutes sortes d'objets de seconde main sont vendus par les particuliers. "Il y en a partout, se souvient-il. Des tables sont mises à disposition des gens qui veulent se débarrasser de leurs affaires au lieu de les jeter".

Cette économie circulaire colle à l'état d'esprit des deux Brestois qui sont aussi à la tête d'un vide-grenier permanent à Morlaix : le Ti Mic Mac.
Avec Vidipi, ils ouvrent une nouvelle voie aux vêtements, chaussures et accessoires d'occasion. "Quand on y réfléchit, on se dit que l'on fait du seconde main depuis que l'on est petits car on a tous les deux des grands frères et on récupérait leurs fringues", sourit Bastien qui rappelle que Vidipi n'est pas une friperie. "Ici, on ne rachète rien à personne. Chacun s'occupe de ses affaires".







 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.