Il refusait d'enlever des camions qui bloquaient le dépôt pétrolier. Le dépanneur brestois relaxé

C'est le soulagement pour Dominique Tanguy. Ce dépanneur brestois avait refusé d'intervenir pour enlever des camions qui bloquaient le dépôt pétrolier de Brest, en mars 2022, lors d'un mouvement contre le prix des carburants.

La décision était attendue de toute une profession. C'était inédit : le chef d'une entreprise de dépannage auto avait été convoqué au tribunal le 30 janvier dernier pour avoir refusé d'intervenir sur le blocage du dépôt pétrolier de Brest.

Dominique Tanguy avait refusé d'enlever les camions sur demande de la préfecture du Finistère, le 17 mars 2022, invoquant le fait que les professionnels du bâtiment et des travaux publics - qui organisaient ce blocage pour protester contre la flambée du prix des carburants - étaient ses clients. 
Il avait également refusé de payer une amende et assumé d'aller défendre sa décision devant le tribunal correctionnel.

"Pas de caractère d'urgence"

 
La relaxe par le tribunal correctionnel de Brest est " un soulagement" pour Dominique Tanguy, heureux de constater "qu'il y a encore une justice en France". Le chef d'entreprise de 52 ans s'était rendu au tribunal en tenue de travail.
Selon le tribunal de Brest, il n'y avait pas "une particulière urgence à faire enlever les poids lourds présents sur la chaussée au soutien des manifestants". "En outre, il n'est établi ni que le retrait des engins aurait pu se faire dans des conditions de sécurité suffisantes ni que ce retrait aurait suffi à faire cesser le trouble manifeste à l'ordre public constaté", selon le jugement consulté par l'AFP.
"Il n'y a aucun précédent, je suis le premier dépanneur-remorqueur à être assigné au tribunal pour un refus de réquisition. Ça veut dire que maintenant la porte est ouverte à de nouveaux refus peut-être", a ajouté le garagiste, qui avait déjà refusé une réquisition du préfet en 2018, dans les mêmes conditions.
"Le tribunal a considéré qu'il n'y avait pas de caractère d'urgence" rapporte Valérie Tanguy, son épouse, qui souligne que cette décision "pourra faire jurisprudence, en quelque sorte", car une réquisition de ce type est une première.

Avec AFP


L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité