• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Neuf ans après, le Stade Brestois peut retrouver la Ligue 1

Alors en Ligue 1, Brest affrontait les plus grands clubs comme ici face à l'Olympique Lyonnais le 21 octobre 2012 / © PHILIPPE MERLE / AFP
Alors en Ligue 1, Brest affrontait les plus grands clubs comme ici face à l'Olympique Lyonnais le 21 octobre 2012 / © PHILIPPE MERLE / AFP

Ce vendredi 10 mai, les Rouge et Blanc affrontent le Chamois Niortais pour la 37e journée de Ligue 2. En cas de victoire, ils sont assurés de retrouver l'élite du football français la saison prochaine. Leur dernière remontée date de 2010. Avant le match, retour sur ce grand moment du Stade Brestois.

Par C.B. avec J.LB.

Un bus à impérial dans les rues du centre-ville. Les héros de l'époque s'appelaient Elana, Lesoimier, Poyet, Grougi... C'était le 7 mai 2010, les joies de la dernière montée en Ligue 1.

Brest redécouvrait l'élite après 20 ans de disette et fréquentait à nouveau les PSG, Lyon, et autre Marseille. Le petit poucet breton retrouvait aussi deux clubs voisins dans l'élite : le Lorient FC et le Stade Rennais FC. 

A quelques heures d'un match qui peut leur permettre de retrouver l'élite, nous retrouverons Bruno Grougi, entre autres, dans une page spéciale du 19/20 Bretagne, en direct de la pelouse du stade Francis le Blé. Présentation: Bruno Gilbert.
 
En direct sur France 3 Bretagne
 

Une saison 2010-2011 sur les chapeaux de roue

La première saison, le stade brestois est sur son petit nuage. Le collectif porté par son buteur Nolan Roux fait des merveilles. Au bout de onze journées, Brest se paye le luxe d'être leader de la Ligue 1. Les Rouge et Blanc peuvent se targuer d'avoir un public fidèle, portant la voix sur les emblématiques Stade Brestoa et La Marée Rouge de Miossec.
 
La dernière fois que Brest évoluait en Ligue 1
Retour en images sur la dernière épopée du Stade Brestois en Ligue 1. - Édition Iroise - Julien Le Bot

Mais l'apprentissage du top niveau est rude. Le club termine 16e. Et la seconde saison voit Roux partir au mercato, acheté par le LOSC. Un autre nom émerge, Eden Ben Basat. Quatre buts cette année là, neuf la suivante avant de partir lui aussi à la mi-saison pour un plus gros club, celui de Toulouse cette fois.

Faute de résultats, l'emblématique entraîneur Alex Dupont est remercié. Au pied levé, Corentin Martins assure le maintien mais la saison suivante, le club finit 20e, sur les rotules. Après six années passées en deuxième division, Brest espère ouvrir une nouvelle page au sommet.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction de Gérard Lahellec, vice-président de la région Bretagne en charge des transports

Les + Lus