• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Leclerc s'en prend à l'Etat après le blocage de ses entrepôts du Relecq-Kerhuon et de Landerneau

Fin de blocage des producteur de lait devant la SCARMOR - plateforme de distribution Leclerc à Landerneau - 09/06/2009 / © Maxppp - Photo PQR - Ouest-France - V. Mouchel
Fin de blocage des producteur de lait devant la SCARMOR - plateforme de distribution Leclerc à Landerneau - 09/06/2009 / © Maxppp - Photo PQR - Ouest-France - V. Mouchel

La Scarmor (Société centrale d'approvisionnement de l'Armorique) a demandé mardi à la cour administrative d'appel de Nantes de condamner l'État à lui verser près de 56 000 € de dédommagements suite aux blocages de ses entrepôts du Relecq-Kerhuon et de Landerneau (Finistère) il y a dix ans.

Par T.P. avec G.F. (PressPepper)


La Scarmor, la centrale d'achats qui dessert 42 centres Leclerc du Finistère, du Morbihan et des Côtes d'Armor avait été prise pour cible par les producteurs laitiers du 26 au 28 novembre 2008, puis du 7 au 13 juin 2009.

Sa plainte au pénal s'étant conclue par un non-lieu, la plateforme d'approvisionnement s'était tournée vers la justice administrative pour obtenir réparation de ses préjudices. Mais le tribunal administratif de Rennes l'avait déboutée, dans un jugement rendu en 2017.

Mardi 8 janvier, devant la cour administrative d'appel de Nantes, le rapporteur public a penché dans le même sens : le caractère "prémédité" de l'action des manifestants exonère l'État de toute responsabilité, pour lui. Il en veut pour preuve le fait que le "groupe structuré" d'une centaine d'agriculteurs a maintenu les blocages des entrepôts "pendant plusieurs journées".

Ni la Scarmor, ni la Préfecture du Finistère n'étaient représentées à l'audience.

La cour administrative d'appel de Nantes a mis sa décision en délibéré. Elle rendra son arrêt dans un mois environ.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

"L'odyssée des forçats de la mer" extrait

Les + Lus