Les militants ne se bousculent pas à l'Université d'été du PS à Brest

Publié le Mis à jour le
Écrit par S.Salliou
Les militants étaient moins nombreux que prévu à Brest
Les militants étaient moins nombreux que prévu à Brest © France 3

Les organisateurs des Universités d'été décentralisées attendaient entre 600 et 800 militants, ce samedi à Brest. Ils étaient 300. 

Après l'annulation des Universités d'été du Parti socialiste à la Rochelle cet été, le PS organise des universités de l'engagement. La première a été organisée dans les Hauts de France, le 2ème en Normandie et le 3ème ce samedi à Brest. Mais peu de militants se sont déplacés, moins qu'espérés par les organisateurs en tout cas. Le rendez vous s'adressait aux adhérents socialistes des quatre départements bretons, environ 4 000 personnes. Ils étaient finalement 300 maximum.
L'université de l'engagement ne mobilise pas les militants à Brest

Dans la matinée, les ministres Jean-Jacques Urvoas et Myriam El Khomri ont participé aux débats et aux ateliers. La presse n'était pas invitée. Les deux ministres sont partis en début d'après-midi. François Cuillandre, maire de Brest a déjeuné avec les militants tout comme Nathalie Sarrabezolles, présidente du Département ou François Marc, sénateur du Finistère. 

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti socialiste a tenté de motiver ses troupes, en rappelant que tout était encore possible : "Rien n'est fait, a-t-il rappelé. Dans les médias, on a envie que le parti socialiste débarasse le plancher (...) Ca ne se passera pas comme ça."
Cambadelis mobilise ses troupes à l'université d'été de Brest

Le matin, quelques opposants à la loi Travail et au PS ont manifesté aux alentours du Parc de Penfled, ils n'ont pas pu approcher les militants socialistes.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.