Poussins broyés : un procès à Brest

Publié le Mis à jour le
Écrit par Adélaide Castier avec Marc-André Mouchère
Illustration poussins dans un couvoir
Illustration poussins dans un couvoir © AFP - F. Florin

Mardi 2 février, le tribunal correctionnel de Brest a examiné la plainte déposée par l'association L214, une association de défense des animaux. Pointées du doigt : les méthodes de suppression des poussins mâles dans les couvoirs.

En novembre 2014, des images choquantes filmées dans un couvoir du Finistère font leur apparition sur la toile. On y voit des poussins broyés ou étouffés dans des sacs poubelles. Ce sont les salariés eux-mêmes qui ferment les sacs et font ensuite pression avec leurs genoux pour étouffer les poussins.

Plainte pour cruauté envers les animaux

Ces images ont été filmées par un employé en intérim. Bousculé par les pratiques de ce couvoir, il décide de contacter l’association L214. L’organisme de défense des animaux va enregistrer son témoignage et lui fournir le matériel nécessaire pour filmer en caméra cachée les étouffements et le broyage des poussins.

L’association L214 articule principalement son travail sur les méthodes de mise à mort dans les abattoirs. Elle décide ensuite de porter plainte pour cruauté envers les animaux.

Suite à l’enquête préliminaire, plusieurs infractions et délits sont reprochés au couvoir St François : mauvais traitement envers un animal, traitement de cadavres d’animaux non autorisés, non remise des poussins morts au service d'équarrissage…

Une pétition de 120 000 signatures

Parallèlement, une pétition est lancée pour demander l’interdiction de suppression des poussins dans les couvoirs. Elle va recueillir 120 000 signatures, dont celles de 45 députés et sénateurs. Des questions sont écrites et envoyées au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll.

En réponse, le ministère de l’agriculture s’est dit prêt à faire évoluer les pratiques de mise à mort des animaux dans les couvoirs.

Mardi 2 février à Brest, le tribunal correctionnel a donc examiné cette affaire. Les images diffusées sur le net ont été projetées durant l'audience. Le porte-parole de l’association L214, Sébastien Arsac, espère que la résonance de ce procès sera nationale car, selon lui, il relève « du débat d’intérêt général ».


Pourquoi les poussins sont ils tués dans les couvoirs? 

Il existe deux types de structures: les couvoirs destinés aux poules pondeuses et ceux destinés aux poulets de chairs.
Dans le cas des poules pondeuses, les poussins mâles ne sont bien entendu pas rentables. Ils sont donc systématiquement tués, selon l'association L214,"quelque soit le mode d'élevage, plein air et bio compris". 
Dans les couvoirs destinés aux poulets de chairs, c'est la croissance musculaire la plus rapide qui est recherchée. Là aussi les poussins sont trise selon leur sexe. C'est dans ce cas là ce sont les femelles qui se retrouvent écartées. Le même problème se pose pour d'autres volailles comme les canards ou les dindes.

Perspectives

En 2010 le site Agro Media signalait qu'un laboratoire privé américain avait mis au point un détecteur d’œstrogènes permettant le sexage de l'oeuf dés le septième jour après la ponte. Les oeufs destinés à l'éclosion (au 21 ème jour) pourraient alors être séparés des autres et redirigés vers la consommation humaine.

Plus récemment, le site Notre Planète exposait que cette technique développée par Unilever venait d'être expérimentée en Allemagne.

Réquisitions du Tribunal 

Le Tribunal correctionnel de Brest a requis 6 mois de prison avec sursis et 1500 euros d'amende contre le propriétaire du couvoir pour sa responsabilité personnelle. Contre la personne morale - le couvoir Saint-François - il a aussi requis 30 000 euros d'amende dont 15 000 avec sursis. Le tribunal rendra sa décision le 8 mars.


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.