VIDEO. Près d'un an après le Sommet mondial des Océans, les commerçants des Capucins à Brest attendent toujours d'être indemnisés

durée de la vidéo : 00h01mn46s
A Brest, les commerçants des Capucins attendent toujours que l'Etat paye la facture du sommet des océans ©France 3 Bretagne

Ce fut l'un des grands évènements à Brest l'an dernier. La ville a accueilli, du 9 au 11 février 2022, le Sommet mondial des Océans, rassemblant des chefs d'Etat et des représentants du monde entier. Seulement, pour les commerçants des Ateliers des Capucins, lieu réservé pour l'occasion, il n'y a toujours pas eu de compensation financière de la part de l'Etat, malgré le manque à gagner dû à la fermeture de leurs boutiques.

La gérante de cette micro brasserie des Ateliers des Capucins a fini l’année dans le rouge. Comme elle, les autres commerçants des Capucins sont exaspérés.

C'était au mois de février 2022, Brest accueillait le Sommet des océans aux Capucins. L’Etat avait promis aux commerçants une compensation pour la gêne occasionnée et les pertes d'activités. Mais onze mois après, ils n'ont toujours rien touché.

On a dû fermer en pleine première semaine des vacances de février, alors qu'on aurait pu bien travailler à ce moment-là. En plus, pour 4 jours de Sommet, on a dû en réalité arrêter toute activité pendant une semaine, le temps de l'installation et la désinstallation des infrastructures aux Ateliers des Capucins

Léna Le Joly

Gérante d'une brasserie

Malgré les dizaines de relances auprès des ministères concernés, les commerçants des Capucins restent impuissants et impayés.

Déjà, en juillet dernier, le président de Brest métropole, François Cuillandre, avait écrit au Président de la République pour rappeler l’État à ses engagements, sur cette question. En novembre, un courrier du ministère annonçait une contractualisation rapide avec les commerçants.

La relance adressée le 21 décembre 2022 dernier par la société publique locale les Ateliers des Capucins n’a, pour l’heure, pas suscité de réponse.