Une manifestation "anti-répression" interdite par la préfecture

La préfecture du Finistère a décidé d'interdire un appel à un rassemblement pourtant non-déclaré par ses organisateurs. Une décision prise, selon la préfecture, "face aux risques de troubles à l'ordre public... et dans le cadre du plan Vigipirate porté au niveau Urgence Attentat."

Pas déclaré mais déjà interdit. L'appel au rassemblement intitulé "anti-répression", prévu le jeudi 9 mai à 17 heures à Brest, et relayé sur les réseaux sociaux, n'a volontairement pas été déclaré par ses organisateurs.

Une interdiction dans le cadre du plan Vigipirate placé en Urgence Attentat.

Alain Espinasse

Préfet du Finistère

Mais la préfecture du Finistère a décidé d'interdire la tenue de cette manifestation "face aux risques de troubles à l'ordre public que représente ce type de regroupement organisé sans déclaration préalable". La préfecture qui précise aussi que cette décision se prend "dans le cadre du plan Vigipirate porté au niveau Urgence Attentat."

Le centre-ville de Brest interdit de rassemblement

L'arrêté préfectoral interdit tout regroupement entre le 9 mai à 15 heures et le 10 mai à 7 heures du matin dans la zone des rues de Siam, Colbert, Parmentier, la place Wilson et des places de la liberté et Wilson.

Ne pas continuer à subir cette mise au pas par la préfecture et les keufs.

Organisateurs du rassemblement

Communiqué publié sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux, les organisateurs indiquent être "un assemblage de militants venus de syndicats anarchistes, de groupes communistes autonomes ou anarchiques".

Dans leur message, ils ajoutent "nous pensons surtout que nous pouvons nous passer de leurs interdictions ou de leurs autorisations" et précisent "nous voulons dès à présent entrer dans ce rapport de force et mettre la pression avec la Préfecture du Finistère."

À lire aussi : des manifestations pro-palestiniennes interdites à Brest et Rennes

De son côté, le Préfet du Finistère appelle "à la responsabilité" et prévient que les forces de l'ordre seront mobilisées pour assurer le maintien de l'ordre public et le respect des dispositions.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité