Au lendemain du passage mouvementé de Marine Le Pen sur l'île de Sein pour commémorer les 80 ans de l'appel du 18 juin du Général de Gaulle, une cérémonie officielle a eu lieu à Camaret, dans le Finistère ce jeudi matin.

Un important dispositif de gendarmerie a filtré l’accès à l’imposante croix de Lorraine qui domine la mer, à la pointe de Pen Hir à Camaret. Après le coup d’éclat de Marine Le Pen, à l’île de Sein, hier mercredi, les forces de l’ordre redoutaient la présence de la présidente du Rassemblement national ainsi que les manifestations qu’elle susciterait. Mais la patronne du parti d’extrême-droite aurait quitté ce matin Audierne où elle aurait passé la nuit.

La cérémonie, présidée par le préfet Pascal Lelarge, a pu se tenir, en présence du préfet maritime, Jean-Louis Lozier, et de nombreux élus et représentants d’associations d’anciens combattants, résistants et déportés. Sans oublier le célèbre bagad de Lann-Bihoué.

Le président de la Région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, ne souhaitant pas croiser l’élue du RN, initialement prévue sur l’île de Sein ce jeudi, avait choisi de modifier ses plans et de se rendre en presqu’île de Crozon.

"Tout ce qui est excessif est insignifiant " a t-il souligné par rapport aux conditions de la venue de Marine Le Pen à Sein.

"Lors de commémorations comme celles-ci, nul n'est besoin de générer des tensions. Son arrivée non préparée avait pour objectif de faire parler d'elle et non de venir honorer ceux qui se sont battus pour la France libre. C'était une provocation. La responsabilité des hommes et des femmes politiques et surtout de ceux qui prétendent aux plus hautes fonctions de la République, est d'unir la population (et non de la diviser)!" a ajouté le Président de la Région Bretagne.

 

À l’issue de la cérémonie, le préfet Lelarge a précisé qu’il ne comptait pas "donner suite" aux propos de Marine Le Pen, celle-ci l’ayant accusé d’avoir une attitude "partisane" dans l’échec de sa venue à l’île de Sein.

Deux bateaux de la Marine Nationale au large pour la Cérémonie en mer

La goélette de la Marine nationale L’Étoile a stationné au large de la plage de Pen Hat, à Camaret-sur-Mer. Elle a ensuite embarqué le préfet maritime, Jean-Louis Lozier, et le préfet du Finistère, Pascal Lelarge, pour un hommage en mer aux marins partis rejoindre l’Angleterre. 

La Belle Poule, autre goélette de la Marine nationale était également présente dans l’anse de Camaret. 

 

 

Deux goélettes de la Marine Nationale répondirent aussi à l'appel du Général de Gaulle
Le 18 juin 1940, à 10h30, précédant l’appel du général de Gaulle, les goélettes Belle Poule et Étoile reçurent pour mission d’évacuer l’équipage de l’Ecole navale pour l’Angleterre, atteinte le 19 juin à 17h00. Durant la guerre, elles assurèrent la permanence de la formation des élèves officiers des forces françaises navales libres (FNFL), parmi lesquels Philippe de Gaulle, le fils du général de Gaulle.
Membres des FNFL, les deux goélettes arborent le pavillon de beaupré à croix de Lorraine. Aujourd’hui encore elles poursuivent cette mission de formation des élèves de la Marine nationale.