Douarnenez. Un "filet fantôme" de 200 mètres de long remonté, une pollution récurrente en mer d'Iroise

Un filet de pêche de 200 mètres de long a été remonté par le parc naturel marin d'Iroise le 7 septembre à la suite d'une alerte donnée par des plaisanciers et plongeurs. Ces filets représentent un fléau pour les espèces en mer qui se retrouvent coincées dedans et une véritable pollution.
Un filet de pêche 200 mètres a été remonté au large de Douarnenez. Ces filets perdus en mer constituent une menace pour les espèces.
Un filet de pêche 200 mètres a été remonté au large de Douarnenez. Ces filets perdus en mer constituent une menace pour les espèces. © Livier Schweyer - Office français de la biodiversité

On les appelle "filets fantômes", c'es filets de pêche perdus, ou volontairement laissés en mer. Un de ces filets fantômes,  de 200 mètres de long, a été remonté par les agents du parc naturel marin d’Iroise ce mardi 7 septembre. Ce sont des plaisanciers et des plongeurs d'un club de Douarnenez qui ont donné l'alerte après l'avoir repéré à 20 mètres de fond, précise un communiqué.

Lors de leur intervention, les agents du parc naturel marin d'Iroise ont constaté que de nombreux crustacés étaient pris au piège dans ce filet de près de 70 kilos. Trois plongeurs ont passé 45 minutes sous l'eau. Un système de ballons a finalement été utilisé pour le remonter. Une fois démaillé, trois homards, des dizaines d'araignés et des tourteaux ont pu être relâchés tandis que d'autres n'ont pas survécu. 

Le filet fantôme récupéré par les agents du parc naturel marin d'Iroise, au large de Douarnenez
Le filet fantôme récupéré par les agents du parc naturel marin d'Iroise, au large de Douarnenez © Livier Schweyer - Office français de la biodiversité


Le filet a ensuite été déposé au point de collecte dédié au matériel de pêche professionnel usagé, au port de Douarnenez.

Il se déplace beaucoup entraînant du même coup des dégâts

Ce genre d'intervention reste exceptionnelle pour le Parc naturel marin d'Iroise. "Ce n'est pas habituel dans nos missions. Il s'agit ici d'un concours de circonstances favorables, qui nous a permis de récupérer ce filet. C'est rare que ce genre de filet soit accessible, figé car normalement il se déplace beaucoup entraînant du même coup des dégâts." 

Antoine Besnier, chef d’unité Opération Antenne Sud et l'un des plongeurs se félicite surtout que "la chaîne d'alerte ait bien fonctionné (à propos des plaisanciers et pêcheurs), cela montre que les gens s'investissent et se sentent concernés sur ces questions là." 

Le polyamide, une pollution récurrente en mer d'Iroise

Les filets en polyamide entraînent une forte pollution car cette matière se dégrade très lentement, libérant ses différents composants chimiques dans l’environnement marin pendant plusieurs centaines d’années. Au-delà de la pollution, ils représentent un danger pour les animaux ou les hommes, avec un risque d'entravement. 

Ce genre de filet représente le tiers des déchets polluant la mer d’Iroise. 

155 millions de tonnes de filets au fond des mers d'ici 2025

D'ici à 2025, près de 155 millions de tonnes de filets pourraient polluer le fond des mers.

Le parc naturel marin d’Iroise insiste sur les efforts à mener contre les filets en polyamide. Un travail s'engage sur la gestion de ces déchets "de la source à la collecte, du pêcheur à la récupération des filets usagés".

Des collecteurs de filets de pêche usagés ont ainsi été installés dans les ports partenaires du parc, comme celui de Douarnenez. Des ateliers d'échanges sont organisés avec les pêcheurs. Des tests de filets sans plastique et biodégradable devraient également être réalisés en 2022.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement pêche économie mer nature