Doux : “L'État sera au soutien“ si un ”projet de reprise crédible” se présente, annonce E. Philippe

Le Premier ministe Edouard Philippe évoquait l'avenir du groupe Doux, ce mercredi, sur une question de M. Ferrand lors des Questions au gouvernement de l'Assemblée nationale. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Le Premier ministe Edouard Philippe évoquait l'avenir du groupe Doux, ce mercredi, sur une question de M. Ferrand lors des Questions au gouvernement de l'Assemblée nationale. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP

Le Premier ministre Edouard Philippe était interrogé ce mercredi 14 mars lors des Questions au Gouvernement, par le député Richard Ferrand. Il s'est exprimé sur l'avenir du groupe Doux, affirmant que "l'État serait au soutien" du volailler si "un projet de reprise crédible" se présentait.

Par Jeanne Travers avec AFP

"C'est tout l'Ouest de la France qui retient son souffle, toute une filière d'élevage qui craint pour son avenir", alertait ce mercredi 14 mars Richard Ferrand. Dans l'hémicycle, le député du Finistère et patron des députés LREM interpellait le Premier ministre sur la question de l'avenir du groupe Doux, à l'occasion des hebdomadaires Questions au gouvernement.


Réponse d'Edouard Philippe : "Si nous arrivons à construire un projet de reprise crédible, commercialement, socialement, économiquement, qui permette au plus grand nombre de sites et de salariés d'être repris durablement, évidemment l'État sera au soutien."

Actuellement, l'offre la plus étudiée est celle présentée par le numéro 1 ukrainien de la volaille, MHP, mais le projet ne rassure pas les éleveurs. 

La totalité des repreneurs susceptibles d'être intéressés ont été approchés", a affirmé le Premier ministre.


"Reconnaissons-le, peu de marques d'intérêt ont été formulées. Mais les discussions se poursuivent de façon intense avec les actionnaires actuels", a précisé M. Philippe.


"Nous ne voulons négliger aucune piste, en particulier avec les acteurs nationaux, avec lesquels des discussions ont lieu. Mais elles sont encore à un stade très préliminaire", a-t-il souligné.

"C'est l'objectif que nous avons: ne pas se payer de mots mais accompagner durablement une entreprise de façon à ce que ce projet soit crédible et que ce que nous faisons pour elle ait une portée", a-t-il insisté.

Le groupe Doux, qui a été placé en redressement judiciaire en 2012 après avoir supprimé près d'un millier d'emplois, perd selon son actionnaire majoritaire Terrena entre 35 et 36 millions d'euros par an.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus