Finistère : écoulement de lisiers dans une rivière. “Il nous faudra au moins dix ans pour retrouver un tel écosystème"

Ce week-end des 3 et 4 avril, des dizaines de poissons morts ont été repêchés dans la Penzé, un petit fleuve situé près de Morlaix (Finistère). Un important écoulement de lisiers, qui proviendrait d’un élevage de porcs, serait à l’origine de ce drame environnemental. 

Ce samedi, des dizaines d’espèces ont été repêchés morts dans la Penzé.
Ce samedi, des dizaines d’espèces ont été repêchés morts dans la Penzé. © AAPPMA

Une série noire qui se répète. Les “accidents” se poursuivent dans les rivières et fleuves finistériens. Ce vendredi, c’est la Penzé près de Morlaix, qui a été touchée. Selon les premières observations, 50m3 de lisiers auraient été déversés dans ce petit fleuve côtier du Léon. “L’eau était noire, ça sentait l’ammoniaque, le lisier. C’est dévastateur. Les gens sur place était choqués, certains pleuraient”, se désole Philippe Bras, président de la Fédération Nationale de la Pêche en France (AAPMA) de Morlaix. 

Des dizaines de poissons retrouvés morts 

Vendredi 2 avril en fin d’après-midi, les pêcheurs donnent l’alerte. Ils ont repéré de la mousse dans la Penzé. Rapidement, pompiers et policiers arrivent sur place. Ils tentent de maintenir le flot qui s’écoule. Malgré leurs efforts, aujourd’hui, le constat est là : plus de 3km de rivière détruite, le ruisseau voisin également. Les communes de Saint Pol de Léon, Roscoff, Carantec et Taulé sont touchées par cette catastrophe. Une rupture d’une fosse à lisiers d’un élevage de porcs serait à l'origine de cet incident.

Et deux jours après, la colère ne redescend pas. Car à cause de cet incident, c’est toute une population qui va mettre des années à s’en remettre. “Il nous faudra au moins dix ans pour retrouver l'écosystème que l’on avait”, regrette Philippe Bras. Car dans cette rivière vivent des saumons, des truites, des lamproies, des aloses. Ce samedi, des dizaines d’espèces ont été repêchées mortes. Des loutres y vivent aussi. Pour Philippe Bras : “Elles vont creuver, c’est sûr”. 

1 accident par mois dans le Finistère

Cet écoulement de lisiers s’inscrit dans une longue série de pollution. Depuis 5 ans, selon le collectif Eau et Rivières, il y aurait en moyenne une pollution par mois, qualifiée “d’accident”, dans le Finistère. Une cinquantaine en cinq ans. “A cette fréquence, ce ne sont plus des accidents, c’est de la négligence”, affirme Mickael Raguenes, de l’association Eau et Rivières. Au téléphone, il nous énonce toutes les pollutions au lisier dans les rivières du département. 

Le Jet asphyxié par plus de 100.000m3 de lisiers en 2018, les 40 tonnes de truites tuées dans le Quillimadec en 2019, la rivière du Belon touchée le mois dernier… “Moi je veux bien que ce soit des accidents, mais quand ça survient 10 fois par an, on ne peut plus parler d’accident. Tantôt c’est un déversement qui a mal tourné, tantôt c’est l’éleveur qui est censé surveiller qui n’est pas là…Mais là ça commence à faire beaucoup”. 

Une plainte déposée 

La Fédération Nationale de la Pêche en France va déposer une plainte mardi 6 avril. “On ne peut pas laisser passer ça. Il faut porter plainte pour éviter une destruction massive comme celle-ci”. Selon la Fédération, 3.000 élevages “à risques” auraient été recensés dans le département. “On nous parle d’environnement tous les jours (...) on n’a pas le droit de les laisser tuer des espèces. On doit respecter notre patrimoine, notre cadre de vie. Vous vous rendez compte de ce qui s’est passé ? L’impact est beaucoup plus grave que ce que l’on pense. Cette fois-ci, on ne laissera pas passer”, affirme le président de l’AAPMA de Morlaix. 

L’association Eau et Rivières va également porter plainte. Elle va réfléchir à la suite des actions. 

La municipalité de Carantec a pris un arrêté ce samedi afin d’interdire la baignade et la pêche à pied sur les zones voisines de la Penzé. "Une pollution de matières fécales animales a été constatée à l’embouchure de la Penzé et cette pollution est susceptible de pouvoir dégrader la qualité des eaux de baignade et la qualité des coquillages sur l’estran de la commune"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement nature pêche économie pollution