Finistère : la fédération de pêche porte plainte suite à la pollution au lisier de la rivière le Bélon

La fédération de pêche du Finistère a déposé plainte après la pollution au lisier du Bélon au Trévoux dans le Finistère. L’association Eau et Rivières et l’association des pêcheurs de Quimperlé souhaitent lui emboîter le pas. 300 m3 de lisier se sont échappés d’un élevage de porcs.

L'embouchure du Bélon à Riec- Sur-Bélon
L'embouchure du Bélon à Riec- Sur-Bélon © Jean-Baptiste QUENTIN/LE PARISIEN/MAXPPPPHOTOPQR

Dans la nuit du mardi 23 au mercredi 24 février, 300 m3, soient 300 000 litres de lisier se sont écoulés d’un élevage de porcs au Trévoux à l’ouest de Quimperlé dans le Finistère Sud. La pollution s’est d’abord déversée dans un affluent du Bélon puis dans le Bélon lui-même.

D’après Eau et Rivières, des truites, des vairons et des chabots sont morts.

"Il faudra 5 ans pour retrouver une faune et une flore normale"

L’association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA) de Quimperlé confirme et ajoute que 7 kilomètres de rivière ont été fortement pollués. "Il faudra 5 ans pour que la rivière retrouve une faune et une flore normale", précise Xavier Nicolas, président de l’AAPPMA de Quimperlé.
D’après Xavier Nicolas, le propriétaire de l’élevage affirme avoir été victime d’un acte de malveillance.

"Des fermes-usines avec des défauts de surveillance"

Arnaud Clugery, directeur opérationnel d’Eau et Rivières de Bretagne s’alarme : "Vous vous rendez compte du temps qu’il faut pour que 300 m3 de lisier s’écoulent. On est sur des fermes-usines de plus en plus grandes. Ce sont des fosses contenant des produits dangereux avec des défauts de surveillance. L’exploitant n’habite pas sur place, donc il s’est rendu compte que sa fosse à lisier était vide en arrivant le lendemain matin sur l’élevage."

 

Les associations environnementales pointent également du doigt l’absence de talus de contention sur les exploitations. "C’était déjà le problème lors de la pollution de l’Aulne à Châteaulin en août 2020, poursuit Arnaud Clugery. On constate une accumulation de ce type d’incidents. Il faut plus d’inspections de ces installations et des réponses judiciaires."

La gendarmerie de Rosporden est chargée de l’enquête sur les causes de cette pollution.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie environnement pollution agriculture