• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Guipavas : la déconstruction navale prend son envol

Un bateau passe à la casse à Guipavas / © M. Trégouët - France 3 Bretagne
Un bateau passe à la casse à Guipavas / © M. Trégouët - France 3 Bretagne

À partir du 1er juin 2019, les vieux bateaux entre 2,5 et 24 mètres, venant de tout le Finistère et du Morbihan seront déconstruits à Guipavas. En plus de la déconstruction, la valorisation et le recyclage vont se développer. 

Par E.C


"C'est une très bonne nouvelle pour les recycleurs bretons, cela va pouvoir permettre de développer ce métier" évoque Pierre Rolland, à la tête des Recycleurs Bretons. Son activité de déconstruction de bateaux prend de l'essor. Dès le 1er juin, les vieux bateaux, entre 2,5 et 24 mètres du Finistère et du Morbihan passeront à la broyeuse à Guipavas, grâce à l'agrément ministériel obtenu par l'entreprise. 

Objectif affiché ? La suppression de 20 000 bateaux en cinq, dont un tiers sera organisé en Bretagne. Il s'agit de renouveler la flotte et d’éviter les épaves dans les ports et sur les berges. La filière prend son essor, les outils se développent et entraîne de la création d'emplois. 

Au-delà de la destruction se détachent les enjeux de la valorisation et du recyclage car des matériaux peuvent se trouver une nouvelle vie pour produire du combustible par exemple.
 

Pour les plaisanciers, le gouvernement a annoncé la gratuité de la déconstruction en janvier 2019.  Chaque acheteur devrait payer une éco-contribution qui financera le recyclage. Le plaisancier devra juste assumer à sa charge le transport de l’épave jusqu’au centre de recyclage où une entreprise labellisée. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'histoire du football féminin

Les + Lus