• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ile-Longue : 13 anciens salariés indemnisés pour préjudice d'anxiété

La DCNS a deux mois pour faire appel de la décision du tribunal administratif de Rennes. Trois autres dossiers sont en attente de jugement. / © France 3 Bretagne
La DCNS a deux mois pour faire appel de la décision du tribunal administratif de Rennes. Trois autres dossiers sont en attente de jugement. / © France 3 Bretagne

Un jugement du tribunal administratif de Rennes a reconnu en juin dernier le préjudice d'anxiété pour 13 anciens salariés du site nucléaire pyrotechnique de l'Ile-Longue et a condamné DCNS et le ministère de la Défense à les indemniser.

Par Lucas Hobé

C'est une petite victoire pour les irradiés de l'Ile-Longue. Le tribunal administratif de Rennes a condamné DCNS et le ministère de la Défense, le 23 juin dernier, à verser 10 000 euros à chacune des treize personnes reconnues victimes de préjudice moral d'anxiété. Ces dernières font partie des 110 personnes exposées à des radiations entre 1972 et 1996.

La décision de reconnaissance de préjudice d'anxiété est un réconfort pour les anciens salariés concernés même si le sentiment qui domine est celui de subir le dédain de la part des services de l'Etat.

"On a travaillé pour l'Etat durant des années et puis là, quand les problèmes se posent au niveau des maladies et autres, il n'y a aucune considération" explique Pierre-Jean Bihannic, membre du collectif "Les irradiés de l'Île-Longue".

"Aujourd'hui, j'ai l'impression que le ministère de la Défense a un déni vis-à-vis des maladies occasionnées par le nucléaire" ajoute Gilbert Dété, pyrotechnicien pendant 20 ans sur le site de l'Île-Longue.

Une angoisse permanente pour les irradiés

10% des personnels civils ayant assemblé les têtes nucléaires des missiles à l'Île-Longue entre 1972 et 1996 sont tombés malades : leucémies, lymphomes, cancers de peau ou de l'oesophage.
Les autres vivent avec une épée de damoclès au-dessus de la tête. "Les personnels qui ont été irradiés et qui ne sont pas malades pour l'instant sont dans l'angoisse" déplore Francis Talec, représentant de l'association "Les Irradiés des armes nucléaires et leurs familles".

Seules trois pathologies liées aux radiations sont actuellement reconnues comme maladies professionnelles en France. L'association se bat pour élargir la liste.

La DCNS a deux mois pour faire appel de la décision du tribunal administratif de Rennes. Trois autres dossiers sont en attente de jugement.

Le reportage d'Ivan Frohberg et Christian Polet :
Ile-Longue : 13 anciens salariés indemnisés pour préjudice d'anxiété
Un jugement du tribunal administratif de Rennes a reconnu en juin dernier le préjudice d'anxiété pour 13 anciens salariés du site nucléaire pyrotechnique de l'Ile-Longue et a condamné DCN et le ministère de la Défense à les indemniser. Intervenants : Francis Talec, Représentant de l'association "Les Irradiés des armes nucléaires et leurs familles", antenne de Brest Pierre-Jean Bihannic, Membre du collectif "Les irradiés de l'île longue" Gilbert Dété, Pyrotechnicien pendant 20 ans sur le site de l'île longue - Le reportage d
Intervenants :
  • Francis Talec, Représentant de l'association "Les Irradiés des armes nucléaires et leurs familles", antenne de Brest
  • Pierre-Jean Bihannic, Membre du collectif "Les irradiés de l'île longue"
  • Gilbert Dété, Pyrotechnicien pendant 20 ans sur le site de l'île longue

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus