• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Jeux olympiques: La Torche candidate pour accueillir les épreuves de surf

A l'occasion d'une compétition de surf, la Torche Pro Junior, organisée actuellement, la commune de Plomeur (Finistère) remet officiellement sa candidature à l'organisation de l'épreuve de surf aux Jeux olympiques de Paris 2024. / © Jim Hollander / AFP
A l'occasion d'une compétition de surf, la Torche Pro Junior, organisée actuellement, la commune de Plomeur (Finistère) remet officiellement sa candidature à l'organisation de l'épreuve de surf aux Jeux olympiques de Paris 2024. / © Jim Hollander / AFP

Alors que le site de La Torche accueille jusqu'au 5 mai une compétition du circuit international de surf, le Junior Pro, la commune de Plomeur (Finistère) a déposé officiellement sa candidature, vendredi, en vue d'accueillir les épreuves lors des Jeux olympiques de 2024.

Par Hélène Pédech

"C'est une candidature tout à fait sérieuse", a commenté le président de la Fédération française de surf, Jean-Luc Arassus, vendredi après-midi en recevant la candidature officielle de La Torche, commune de Plomeur (Finistère), pour accueillir les épreuves de surf aux Jeux olympiques de 2024.



Concurrencé par un bassin à vagues



Le site bigouden est ainsi le cinquième à se porter candidat pour organiser ces épreuves. Avant lui, Lacanau (Gironde), Biarritz-Hossegor- Capbreton-Seignosse (Landes), Royan (Charente-Maritime) et Sevran (Seine-Saint-Denis) se sont déjà manifesté. La ville de Sevran projette de construire une base nautique qui comprendrait un bassin géant avec des vagues artificielles.

 

La Torche possède de bons arguments



Face à elles, La Torche n'entend pas faire de la figuration. "La Bretagne possède de bons arguments", assure encore Jean-Luc Arassus. 

Outre le passé maritime de notre région, le site de La Torche est un spot de surf reconnu depuis les années 80. Il accueille depuis longtemps des compétitions y compris de dimension internationale. C'est le cas actuellement et jusqu'au 5 mai avec le Junior Pro de La Torche.

En outre, la Bretagne a sû démontrer sa capacité à se mobiliser autour d'un projet de grande envergure. Rappelons que Brest s'était porté candidate pour accueillir les épreuves de voile. Le Comité international olympique lui a finalement préféré Marseille.
 
 

Des vagues par tous les temps



Autre argument avancé en faveur de la candidature finistérienne: ses vagues. Et oui ! Certes, les vagues qui déferlent à La Torche sont moins spectaculaires que sur les plages de ses concurrentes du Sud-Ouest. Mais grâce à ses deux plages orientées chacune différemment, l'on peut y surfer quasiment par tous les temps, assurent les spécialistes.

Enfin, La Torche bénéficie d'un environnement naturel protégé, resté relativement sauvage, ce qui n'est pas le cas de ses concurrentes dont le littoral est très urbanisé.

Dès juin 2019, les sites qui se sont portés candidats prendront connaissance du cahier des charges.  

 

Surf: baptême olympique en 2020



Reste que le surf n'est pas encore assuré de figurer au programme des JO de Paris 2024. La discipline effectuera son baptême olympique dans un peu plus d'un an à l'occasion de Tokyo 2020 (24 juillet - 9 août). Passée cette expérience, il faudra encore attendre le congrès du CIO à Malin (décembre 2020) pour que soit validée la décision.

 

Sur le même sujet

Dans la "marche des mutilés", Gwendal, éborgné, n'ose penser à sa vie d'après

Les + Lus