LGV : les élus et entrepreneurs finistériens ne veulent pas rester au bout du monde

Pour Nathalie Sarabezolles, Présidente du Conseil départemental du Finistére: "Notre territoire a pu se développer parce que les transports amenaient vers la Bretagne". / © C.Louet-France 3 Bretagne
Pour Nathalie Sarabezolles, Présidente du Conseil départemental du Finistére: "Notre territoire a pu se développer parce que les transports amenaient vers la Bretagne". / © C.Louet-France 3 Bretagne

Les élus du conseil départemental et des entrepreneurs se mobilisent pour ne pas voir enterrer le dossier de la LGV dans le Finistère. Ils se sont réunis lundi soir à Quimper avant un rassemblement programmé à Paris le 7 mars. 

Par La rédaction

Rennes est à 1 h 30 de Paris depuis le 2 juillet, c'est une réalité. Mais pas pour le reste de la Bretagne. Le dossier de la LGV semble désormais en dessous de la pile, bien loin des priorités du moment après la sortie du rapport Duron  (qui reporte à 2038 l'étude de la ligne à grande vitesse) puis du rapport Spinetta. Les élus et entrepreneurs finistériens montent pourtant au créneau. 


L'union sacrée des familles politiques 


Une "union sacrée" s'est donc formée entre l'ensemble des élus du Conseil départemental du Finistère. Tous ont signé le pacte d'accessibilité de la Bretagne présenté le 15 février à la Région. Paris en train à trois heures de Brest et de Quimper devient à nouveau la priorité de beaucoup d'élus finistériens. Une ambition qui a l'avantage de fédérer depuis plusieurs semaines les familles politiques.


Le premier temps fort de cette mobilisation collective s'est déroulé lundi soir à Quimper. Plus de 250 personnes, majoritairement des élus mais aussi des entrepreneurs et quelques personnes de la société civile se sont rassemblées à Quimper. À l'initiative de ce rassemblement, la présidente du Conseil départemental du Finistère, Nathalie Sarrabezolles. 

Nathalie Sarrabezolles réagit sur la mobilisation autour de la LGV
Nathalie Sarrabezolles, présidente PS du conseil départemental du Finistère - France 3 Bretagne

Présents également ce lundi soir à Quimper, le Président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard ainsi que le vice-président aux transports, Gérard Lahellec.
Tous deux se montrent solidaires du mouvement comme l'ensemble de l'assemblée. 

Le 7 mars prochain, les 54 élus finistériens ont prévu un nouveau rassemblement, à Paris cette fois-ci avec un temps fort à la Maison de la Bretagne puis à l'Assemblée Nationale pour la séance des questions au gouvernement. L' objectif : montrer que les Finistériens sont prêts pour la "bataille du rail."

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus