Oiseaux mazoutés: la pollution viendrait de l’épave du Tanio, coulé en 1980

Le naufrage du Tanio au large de la Bretagne, le 7 mars 1980
Le naufrage du Tanio au large de la Bretagne, le 7 mars 1980

Des oiseaux ont afflué sur le Finistère nord ces dernières semaines, sans qu’aucune pollution n’ait été constatée. Après analyse, le fioul pourrait provenir de l’épave du Tanio, coulé en 1980.

Par Stéphane Grammont

Suite à la trentaine d’oiseaux mazoutés recueillis sur les côtes du nord du Finistère, le CROSS avait été alerté le 16 novembre dernier sur une possible pollution entre les plages de Saint-Samson (Plougasnou) et Saint-Jean-du-Doigt.

Certains d’oiseaux retrouvés blessés des traces d’un hydrocarbure sur les ailes et les pattes. 
 

Les moyens aériens comme satellitaires de vigilance accrue des pollution maritime exercés n’ont révélé aucune trace de pollution.

De nouveaux oiseaux mazoutés

La semaine dernière, une trentaine d’oiseaux souillés ont été à nouveau retrouvés sur plusieurs plages du Finistère-Nord. “Ces oiseaux retrouvés morts sont probablement des oiseaux migrateurs” indique un communiqué de la Préfecture maritime, “certains d’entre eux portaient des traces d’hydrocarbure”.

Les premières analyses du CEDRE ont montré de grandes similarités avec le fioul lourd transporté par le pétrolier Tanio, qui a coulé le 07 mars 1980 au large de l’île de Batz.
 


En fin de semaine dernière, indique la préfecture maritime, le chasseur de mines tripartite (CMT) Pégase de la Marine nationale a été déployé pour relocaliser avec précision l’épave du Tanio, par plus de 80 mètres de fond. 

A cette occasion, le CMT Pégase ne repère aucune pollution maritime en surface ni à la verticale ni à proximité de l’épave” indique le communiqué.

De potentielles fuites


Les services de l’Etat maintiennent une surveillance renforcée de la zone par des observations satellitaires et aériennes régulières.

Des investigations complémentaires seront réalisées, en fonction des conditions météorologiques afin de dresser un état des lieux de la coque du Tanio et de rechercher de potentielles fuites d’hydrocarbure” indique le communiqué de la Préfecture, qui rappelle qu’en mer chaque minute compte, et que toute personne témoin d’un incident en mer ou sur les côtes doit composer le 196.

31 rescapés, huit disparus

Le pétrolier Tanio s’était brisé en deux lors d’une tempête alors qu’il dérivait à 25 miles (46 kilomètres) du nord de l’île de Batz. 

La marine nationale avait pu sauver 31 marins de son bord. Huit membres d’équipages avaient été portés disparus.

Les cuves du tanio contenaient 28 600 tonnes de pétrole, dont environ 10 000 tonnes se sont déversées en mer, contaminant 200 kilomètres de littoral.
 


La partie arrière du pétrolier, contenant 7 500 tonnes de pétrole, avait été remorquée jusqu’au Havre, tandis que la partie avant a coulé avec 10 000 autres tonnes, par environ 80 mètres de fond.

Durant 15 mois, des opérations sous-marine permettront de récupérer 5 100 tonnes de pétrole, et de colmater les brèches.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus