Solitaire du Figaro. Départ de l'ultime étape en baie de Morlaix

Sous un grand soleil, les 34 skippers engagés dans la 52ème Solitaire du Figaro ont pris le départ ce 12 septembre en baie de Morlaix de la quatrième et dernière étape au programme de la course, à destination de Saint-Nazaire.
Les 34 skippers engagés dans la 52e Solitaire du Figaro ont pris le départ ce dimanche à 16h en baie de Morlaix
Les 34 skippers engagés dans la 52e Solitaire du Figaro ont pris le départ ce dimanche à 16h en baie de Morlaix © © Alexis Courcoux / Christophe Breschi

Ciel azur, 6-8 nœuds de vent de nord-est, les conditions étaient idéales pour un départ spectaculaire ce dimanche 12 septembre quand les 34 solitaires se sont élancés à 16 heures en baie de Morlaix, dans la quatrième et dernière étape au programme de la course, à destination de Saint-Nazaire.

Au cours de cette étape de 685 milles nautiques, la plus longue des quatre, les marins devront contourner le phare irlandais du Fastnet avant de revenir vers les côtes françaises, où ils sont attendus jeudi 16 septembre. Une très longue course qui demandera beaucoup de lucidité, d'exigence et de calme.

Depuis le début, je me suis éclaté sur cette Solitaire.

Pierre Quiroga, en tête avant le départ de cette dernière étape


« Aujourd’hui, chacun a ses doutes, ses convictions quant aux écarts en temps au classement général provisoire. Chacun joue avec ses cartes, il faudra trouver un atout. Je ne suis pas le seul à stresser et à douter. Il faut être humble sur cette étape dans ce genre de conditions, où il y aura peu de vent, du courant, des systèmes météo à traverser. Je pense que la clé, c’est de s’amuser, et depuis le début, je me suis éclaté sur cette Solitaire. » a déclaré avant le départ le navigateur Pierre Quiroga (Macif), en tête du classement après avoir remporté les deuxième et la troisième étapes.

Il est talonné de près par Alexis Loison (Région Normandie), à 8 min et 4 sec, Alan Roberts (Seacat Services) à 14 min et 6 sec et Xavier Macaire (groupe Snef), à 16 min et 49 sec, vainqueur de la première étape.

Choix stratégiques, gestion de la fatigue, les skippers, qui ont évidemment décortiqué les prévisions météo avant le départ, ont bien en tête que c'est là-dessus que va se jouer la victoire. Le vent est annoncé faible à très faible sur le début et sur la fin du parcours. Il va falloir être malin, et patient.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solitaire du figaro sport voile