Parc marin d'Iroise: une campagne d'embarquement pour mieux connaître la pêche

La campagne d'embarquement 2021 débute ce mois d'avril en mer d'Iroise. Objectif: réaliser 200 marées pour récolter des données sur les espèces halieutiques.

Des pêcheurs en action en baie de Douarnenez
Des pêcheurs en action en baie de Douarnenez © Sylvie Pianalto / Office français de la biodiversité

Depuis 2009 les équipes du Parc Naturel Marin d'Iroise (PNMI) et du Comité départemental des pêches et des élevages marins du Finistère ont embarqué sur les bateaux volontaires à 400 reprises. Cette année pour cette nouvelle campagne, l'objectif est de réaliser 200 embarquements. Pour ces observateurs, cette opération est l'occasion d'avoir accès à une véritable mine d'informations.

 

Que remontent les bateaux en mer d'Iroise ?

Mené conjointement avec le comité des pêches du Finistère et le bureau d’étude SINAY, le programme s’intéresse cette année aux flottilles de fileyeurs, palangriers et bolincheurs. A chaque remontée de filet ou de palangre, les agents vont recenser les espèces remontées, leur nombre, leur taille, celles qui partent à la vente et celles qui sont rendues à la mer. La meilleure façon de connaître l'état de la ressource halieutique.

Mais les objectifs de cette campagne sont multiples. Il s'agit aussi d'évaluer l'interaction avec les espèces protégées et enfin de comptabiliser et référencer les déchets retrouvés dans les engins de pêches.

 

Homards et raies sous surveillance

Des programmes complémentaires de suivi des homards et des raies sont également réalisés en fonction de l’activité à bord, afin de mieux connaître ces espèces. Certains individus seront marqués puis relâchés.

 

Une opération de coopération

Le programme régulier d’embarquements s’inscrit dans le programme national Obsmer, piloté par l’Ifremer et la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture (DPMA), en collaboration avec le Comité national des pêches et des élevages marins (CNPMEM).

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie environnement mer nature