• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le Parc Naturel Régional d'Armorique : 50 ans et toujours vaillant!

Elevage de vaches écossaises près du Mont Saint-Michel de Braspart / © Muriel Le Morvan
Elevage de vaches écossaises près du Mont Saint-Michel de Braspart / © Muriel Le Morvan

Le Parc Naturel Régional d'Armorique fête ses 50 ans. L'occasion de revenir sur ses débuts controversés, quand certains craignaient une "Réserve d'Indiens". L'occasion aussi de comprendre le rôle du Parc en terme de préservation de l'environnement et de développement durable du territoire.
 

Par Muriel Le Morvan

Dans les années 60, le concept des Parcs Naturels Régionaux est imaginé par la DATAR, la toute nouvelle Délégation interministérielle à
l'Aménagement du Territoire pour compenser l'exode rural et permettre la mise en valeur de certains territoires et de leur environnement privilégié, tout en maintenant les activités économiques existantes.
Contrairement aux Parcs Nationaux qui ont pour but la préservation de la nature dans des territoires non habités, les Parcs Régionaux sont créés dans des territoires habités mais en déprise. A l'époque, en Bretagne, la colère gronde, les manifestations agricoles et sociales sont nombreuses, et le Parc d'Armorique, le second Parc naturel régional après celui de Scarpe-Escaut dans le Nord, est une des mesures décidées pour répondre à la révolte des Bretons contre le centralisme parisien.

La crainte de la "réserve d'Indiens"

Mais la création du Parc d'Armorique, en 1969, ne calme pas les esprits en Bretagne. Le sentiment régionaliste est fort, la révolte contre l'Etat français hyper-centralisé à son paroxysme, et le Parc naturel accueilli comme une aumône, pire, comme un moyen de faire des Bretons des figurants dans une sorte de parc d'attraction où les touristes viendraient observer les ploucs en sabots faire des crêpes et danser la gavotte...
L'Union Démocratique Bretonne refuse que le développement économique de la Bretagne ne passe que par le tourisme. "C'était une illusion de faire croire que l'on allait résoudre les problèmes de la Bretagne intérieure grâce à ce seul Parc" expliquait, en 1989, l'ancien directeur du Peuple Breton, le journal de l'UDB, Ronan Leprohon, aujourd'hui décédé. 
 
 

Pour Jean-Pierre Gestin, fondateur des "éco-musées" du Parc, il ne s'agissait pas de mettre la Bretagne "sous cloche", mais de sauvegarder les maisons, meubles et objets de la Bretagne rurale, témoins de traditions et d'un mode de vie désormais révolus. "Un travail scientifique de conservation et de mémoire auquel étaient associés les habitants des territoires concernés ", insiste l'ethnologue.
 

Un Parc " aménageur"


C'est dans cet esprit qu'il a créé dès 1968, le premier éco-musée de France, celui du Niou, sur l'île d'Ouessant, qui rappelons-le, fait partie depuis le début du Parc d'Armorique. Dans la foulée, Jean-Pierre Gestin créa l'écomusée des Monts d'Arrée qui comprend "la Maison Cornec" à St Rivoal (maison traditionnelle à apoteis de 1702) et les Moulins de Kerouat à Commana. Dans ces éco-musées sont organisées des expositions temporaires, mais aussi toute une série d'animations, comme le filage de la laine à Ouessant, la fabrication du beurre, du far ou du kouign amann à St Rivoal et Commana. (voir l'agenda des animations du Parc d'Armorique)
 

 

Autre équipement géré par le Parc d'Armorique, le Domaine départemental de Menez Meur, à Hanvec, où sont sauvegardés, sur 650 ha de landes et de tourbières, dans un élevage conservatoire couplé à une ferme pédagogique, différentes races domestiques bretonnes, comme les chevaux de trait bretons, les chèvres des fossés, les petits moutons noirs d'Ouessant ou encore les vaches pie-noir et nantaises.

  
Menez Meur : conservatoire des races domestiques bretonnes / © Muriel Le Morvan
Menez Meur : conservatoire des races domestiques bretonnes / © Muriel Le Morvan
Transhumance des brebis arrivant à Menez Meur / © Muriel Le Morvan
Transhumance des brebis arrivant à Menez Meur / © Muriel Le Morvan


En étant patient et chanceux on peut aussi y apercevoir des loups dans un enclos. Et pour en savoir plus sur ces derniers, pourquoi ne pas aller au Cloître Saint-Thégonnec visiter le Musée du Loup. Ce dernier est l'une des multiples structures dont le Parc d'Armorique a favorisé la création, dans différentes communes de son territoire, au fil des ans.
Une vingtaine de petits musées gérés par des associations en partenariat avec les collectivités locales permettent ainsi de découvrir les traditions, ou les activités économiques locales. Parfois dans de toutes petites communes comme à Locmaria-Berrien où l'on peut visiter le Musée de la mine de plomb et comprendre l'importance de l'activité minière dans le Centre-Bretagne au fil des siècles en se rendant sur le terrain avec les bénévoles de l'association. 
 


Petit à petit, les inquiétudes de folklorisation, assez vives aux débuts du Parc d'Armorique, ont été levées. Le Parc d'Armorique, s'est même investi dans la défense de la langue et de la culture bretonne pour en préserver toute l'authenticité ( politique impulsée notamment par Jean-Yves Cozan, président du PNRA de 1983 à 2001). Le Parc n'a certes pas résolu tous les problèmes des territoires ruraux mais il est devenu un acteur important, notamment en matière d'agriculture, d'écologie et de tourisme
 

Concilier environnement et agriculture 

Le Parc d'Armorique joue donc un rôle indiscutable en ce qui concerne la protection de l'environnement. Il favorise la préservation de la qualité de l'eau, de la biodiversité et des paysages, en partenariat avec d'autres structures (bassins versants, réserves naturelles), et surtout en accompagnant le maintien d'une agriculture durable sur son territoire.

Aide à la transmission des élevages, au  montage des dossiers pour obtenir des aides européennes, les personnels du Parc d'Armorique soutiennent les agriculteurs qui par le pâturage et le fauchage permettent de préserver la biodiversité et les paysages des landes et des tourbières. "Le piétinement des bêtes est bénéfique car il évite que ces milieux ne se ferment du fait de la croissance d'arbustes, ce qui laisse de la place à des plantes protégées comme par exemple le drosera" explique Harmonie Coroller, chargée de mission Natura 2000 au Parc d'Armorique. 

 

 


Acteur du tourisme durable


Le Parc d'Armorique favorise aussi un tourisme respectueux de l'environnement (randonnées, sports nature...) et propose un label pour des hébergements de qualité : un éco-label pour hébergements qui se décline sur l’ensemble du réseau national des Parcs naturels régionaux et qui récompense les hébergeurs pour leur attachement au territoire, la qualité de leur accueil et leurs initiatives pour préserver l’environnement dans et autour de leur hébergement. Dans le même esprit, les Parcs naturels régionaux ont créé la marque Valeurs Parc Naturel Régional pour valoriser des produits locaux de qualité. 
 

50 ans, des projets...


Après la création du Parc marin d'Iroise en 2007, le Parc d'Armorique travaille à la création d'un Geopark, c'est à dire à l'obtention du prestigieux label mondial UNESCO pour la qualité exceptionnelle de son patrimoine géologique, notamment en presqu'île de Crozon, extrémité du Massif Armoricain. "Le Parc d’Armorique pourrait ainsi devenir le premier Geopark de la façade Atlantique française dès 2021" indique l'actuelle présidente du Parc d'Armorique Françoise Péron. Le dossier de candidature sera déposé à l'automne.

 
balade géologique organisée par la Maison des Minéraux à Crozon / © Muriel Le Morvan
balade géologique organisée par la Maison des Minéraux à Crozon / © Muriel Le Morvan
 

... et une grande fête

Un demi-siècle, ça se fête... Les 28 et 29 septembre le Domaine départemental de Menez Meur accueillera de nombreuses animations, spectacles et conférences :  Gilles Boeuf, un des grands spécialistes mondiaux de la biodiversité et Rob Hopkins, le grand pionnier international de la transition écologique seront présents à Hanvec. L'occasion pour le département du Finistère et le Parc d'Armorique de s'engager officiellement dans cette transition qui n'est plus une option mais la seule issue possible face au changement climatique.
 
carte du Parc Naturel Régional d'Armorique
carte du Parc Naturel Régional d'Armorique

Le parc d'Armorique en bref : 
125 000 hectares
65 000 habitants
44 communes adhérentes et 4 villes 'porte' (Brest, Carhaix, Châteauneuf du Faou, Landivisiau)
une grande variété de paysages, de milieux, d'activités économiques et culturelles ( Iles de la Mer d'Iroise, hautes falaises en Presqu'île de Crozon, rivières à Huelgoat et dans l'Aulne maritime, forêt du Cranou, landes, crêtes rocheuses, bocage, et tourbières dans les Monts d'Arrée)

Les sites et musées à visiter : 
Domaine de Menez Meur - Hanvec
Moulin de Kerouat - Commana
Maison Cornec - Saint-Rivoal
Maison de la rivière – Sizun
Maison du lac - Sizun
Maison des minéraux - Crozon
Musée de l'école rurale - Trégarvan
Musée de l'ancienne abbaye de Landévennec
Musée du recteur - Loqueffret
Musée du Niou et Musée des Phares et Balises - Ile Ouessant
Conservatoire Botanique National de Brest
Musée des Vieux Métiers Vivants - Argol
Musée du Loup - Le Cloître-Saint-Thégonnec
Ti Ar Gouren - Berrien
Centre permanent de Tourisme et de Découverte de l'Environnement - Brasparts
Bassin de Plongée - Camaret
Centre d'étude du milieu Ouessantin - Ile d'Ouessant
Ferme des artisans – Brasparts
Maison de la réserve naturelle et des castors - Brennilis
Maison du Parc - Le Faou

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus