• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les pâtés Hénaff visent un modèle de production durable d'ici 2030

© FRED TANNEAU / AFP
© FRED TANNEAU / AFP

Bientraitance animale, production bio, recyclage des déchets: le numéro un français des pâtés et rillettes en conserve Hénaff a affirmé mercredi sa volonté de placer le développement durable au coeur de sa stratégie d'ici 2030.

Par AFP

Loïc Hénaff, président du directoire du groupe familial, a confirmé devant la presse la volonté du groupe breton de poursuivre son développement dans un contexte de "défis majeurs", dont le changement climatique est "l'illustration alarmante", à l'occasion de la présentation des résultats 2018.

"Se développer oui, mais pas à n'importe quel prix", écrit Loïc Hénaff dans un manifeste. "Nous avons une vision très simple : nous entrons dans un nouveau monde dans lequel il faudra produire bien, produire bon, produire sain", a-t-il déclaré.
 

Rétablir la confiance des consommateurs

Baptisée "Be Good 2030", la stratégie du groupe dresse une liste de "14 engagements et 72 objectifs mesurables" avec lesquels l'entreprise historique de Pouldreuzic (Finistère), dans le pays bigouden, vise "un impact positif" sur l'environnement et sur le territoire, en fabriquant des produits de qualité qui répondent aux "attentes sociétales".    
Confronté à un contexte inédit de "défiance généralisée", Hénaff entend aussi rétablir la confiance des consommateurs. 

"Aujourd'hui, 82% des Français ont confiance dans les petits producteurs et seulement 37% dans les grandes marques. C'est quelque chose de nouveau", a souligné Caroline
Guivarc'h, directrice marketing et développement du groupe.
Des engagements qui passent par une gestion durable de l'eau (Hénaff possède déjà son propre puits en circuit fermé), la "bientraitance" des porcs et la poursuite des achats locaux de matières premières.
 

Désengagement envers les distributeurs

Parmi les "critères de progrès" avancés : la mise en liberté de 100% des truies "en maternité", l'augmentation de la surface de vie des truies gestantes, l'arrêt de la castration des porcelets, de la caudectomie (ablation de la queue) et du meulage des dents.
Le groupe espère aussi tripler la part de bio dans sa production (à 33% de son chiffre d'affaires contre 10% aujourd'hui) et rendre ses emballages (fer blanc et emballage cartonnés) recyclables à 100% (84% actuellement).

En 2018, le groupe Hénaff, créé en 1907 et qui emploie quelque 230 salariés, a réalisé 45,5 millions d'euros de chiffre d'affaires (+9,1% sur un an), une croissance générée par les acquisitions récentes du groupe qui s'est fortement désengagé des marques de distributeurs.
Après avoir racheté en 2017 GlobeXplore (35 salariés), pionnier des algues alimentaires en Bretagne depuis plus de 30 ans, Hénaff a acquis en 2018 l'entreprise Kervern (25 salariés), spécialisée dans la fabrication de charcuterie artisanale bio.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Florence Dudouit, éducatrice au CDEF de Saint-Brieuc et déléguée CGT

Les + Lus