• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

À Penmarc'h, zoom sur les fresques de la discorde

Sophie Vargas, la propriétaire du Manoir du Ster et l'artiste mexicain Ricardo de La Rosa défendent leurs fresques, au coeur d'une bataille judiciaire. / © Florence Malésieux.
Sophie Vargas, la propriétaire du Manoir du Ster et l'artiste mexicain Ricardo de La Rosa défendent leurs fresques, au coeur d'une bataille judiciaire. / © Florence Malésieux.

Sophie Vargas, la propriétaire du Manoir du Ster et l'artiste mexicain Ricardo de La Rosa défendent leurs fresques immenses. Voilà trois ans que la municipalité demande à ce qu'elles soient enlevées.

Par Raphaëlle Besançon.

Ricardo de La Rosa, artiste mexicain, peaufine sa troisième fresque sur la façade de la demeure de Sophie Vargas, la propriétaire du Manoir du Ster.

Toutes ces couleurs et ces motifs joyeux attisent pourtant les foudres de la municipalité.
 

Les fresques de la discorde de Penmarc'h


Trois ans de bataille judiciaire

Depuis trois ans, ces oeuvres d'art sont au coeur d'une bataille judiciaire. Il y a quelques semaines, le tribunal administratif de Rennes a annulé un arrêté de la mairie s'opposant à la réalisation de ces fresques.

Selon le jugement, elles sont en accord avec le code de l'urbanisme. Première victoire pour la propriétaire qui n'en n'a pas fini avec la justice


Sans autorisation

Pour le maire de Penmarc'h, le problème ce ne sont les oeuvres d'art en elles-mêmes, mais le fait qu'elles aient été peintes sans autorisation préalable. La mairie pourrait bien faire appel.

Dans la commune, l'affaire des fresques risque bien de s'inviter dans les débats des prochaines municipales : Sophie Vargas compte créer une liste.

Reportage de Bleuenn Le Borgne, Florence Malésieux et Christine Pierret :

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'Aymeric Lesné

Les + Lus