• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Concarneau : l'expédition Under The Pole étudie les coraux profonds

Le Why, la goelete d'Under The Pole / © Under The Pole
Le Why, la goelete d'Under The Pole / © Under The Pole

En escale à Hawaï, l'équipage d'Under The Pole, parti de Concarneau, a détaillé le prochain programme d'exploration : l'étude des coraux profonds.La bonne nouvelle pour le projet soutenu par Roland Jourdain et le fond explore : le soutien pour 3 ans de la Région Bretagne.

Par Stéphane Grammont

La goélette d'Under The Pôle change de climat. Après deux expéditions sous les pôles, au sens propre puisqu'il s'agissait de plonger sous la banquise, l'équipage concarnois jette l'ancre en Polynésie. Le Why, skipé par Guilhain Bardout, fait d'ailleurs route dans des conditions musclées, "dignes du golf d'Alaska" raconte Emanuelle Périé-Bardout depuis Hawaï.

Les préparatifs du programme "Deep Hope" pourront alors débuter. Le programme d'exploration qui démarre à la fin de l'été s'intéresse cette fois aux coraux profonds. On connaît l'état préoccupant des coraux de surface, mais qu'en est-il des effets du dérèglement climatique sur les coraux plus profonds, au delà de 50 mètres ?

Autre sujet d'étude menés par des scientifiques invités, plus d'une centaine ont déjà embarqué sur Under The Pole, l'étude du rôle de la lumière sur les coraux, ou celui des superprédateurs comme les requins marteaux ou requins bouledogue.

Des chercheurs comme Laetitia Adam, spécialiste des coraux au CNRS (CRIOBE), mais aussi d'autres de l'université de Cook en Australie, ou de Berkeley en Califormie, viendront étoffer le bilan déjà conséquent de l'expédition bretonne.

Prolonger l'immersion


Suite à ce programme baptisé "DeppHope", Emmanuelle Périé-Bardout et Guishain déploieront leur projet "Capsule", un prototype qui leur permettra une immersion de 72 heures. "C'est comme un naturaliste en forêt ou en montagne, il peut rester longtemps, camouflé, à observer la nature " explique Emanuelle Périé-Bardout. "En imersion, on n'a pas ce tempslà, car il faut remonter en respectant des paliers de décompression".  

"La capsule, en construction aux chantiers Piriou de Concarneau, se base sur la technique de plongée en saturation" explique Emanuelle Périé-Bardout, "le corps, quand il est saturé en gaz carbonique, peut rester de un à plusieurs jours en immersion, il lui faudra le même temps de décompression pour remonter". 


La Bretagne en base arrière

"Il y a un truc qui me gratte quand je vois votre logo, c'est qu'il n'y a pas la Bretagne" remarque Loïg Chesnais-Girard, le président de la Région en visite dans les locaux du fond  Explore, de Roland Jourdain, qui abrite Under The Pole.

C'est dit avec le sourire lors de cette présentation en marge du départ de l'Ag2r, et cela n'a pas empêché proposer au vote de l'assemblée une convention pour trois ans, assortie d'un budget de 200 000 euros.

"Grâce à ces rencontres régulières entre nous, je me dis qu'on a là quelque chose qui va marquer durablement une nouvelle ère de l'exploration" a rajouté, plus sérieux, Loïg Chesnais-Girard.

La route ne s'arrêtera pas au terme de ce programme de plongées de 12 mois. Emmanuelle Périé-Bardout et Guislain Bardout feront cap sur l'Antartique, qu'ils affectionnent particulièrement, puis les Antilles et retour à Concarneau en 2020.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus