Concert : musique bretonne en direct du théâtre de Cornouaille

A Quimper, la soirée événement So Breizh organisée par le Festival de Cornouaille et le théâtre de Cornouaille aura bien lieu. Pas de public mais un concert à huis-clos retransmis en direct sur internet. Les groupes Descofar et Forj sextet sont à l'affiche ce vendredi 27 novembre à partir de 20h.
Descofar : Yvon Molard, Nikolaz Cadoret et Alice Soria-Cadoret.
Descofar : Yvon Molard, Nikolaz Cadoret et Alice Soria-Cadoret. © Eric Legret
Deux concerts en direct ce vendredi à partir de 20h. Les groupes Forj Sextet et Descofar se produiront au théâtre de Cornouaille pour un événement diffusé sur internet. Pas de public évidemment mais une expérience presque comme si vous  étiez. Vous pouvez suivre la soirée ici ou sur les sites du Festival de Cornouaille, du théâtre de Cornouaille, sur la page Facebook de France Bleu Breizh Izel.

 

So Breizh from An Tour Tan on Vimeo.




 

Voilà plus de cinq ans que Forj est sur la route pour faire vibrer les parquets avec une musique à danser de Haute Bretagne.
Au départ, il y a la flûte traversière de Kenan Guernalec et la guitare douze cordes d’Alan Vallée réunies autour du chant de Clément Le Goff. En 2019, le trio devient sextet, rejoint par Loumi Seveno au violon, Marcus Camus à la batterie et Hubert Fardel à la contrebasse.
Une formule étoffée, qui donne encore plus d’énergie à ce répertoire en provenance de la Loire et de la Vilaine. Au printemps 2020, le groupe fait appel à la plume de
Bertrand Obrée pour composer un nouveau corpus de chants à danser essentiellement en Gallo, la langue d’oïl de Haute Bretagne.

Le portrait de Clément Le Goff est à écouter sur France Bleu Breizh Izel


 

Deux harpes électriques, des percussions et de l’électronique pour mettre la musique celtique traditionnelle sous haute tension.
Issu de cette génération de musiciens bretons qui croisent les influences et ébouriffent la tradition, Descofar construit une machine à explorer la danse, efficace et intense, entre rythmiques urbaines et improvisations.
Avec Yvon Molard aux percussions digitales et électroniques (tablas, derboukas, djembe…), Alice Soria‐Cadoret et Nikolaz Cadoret aux harpes électriques, le trio s’empare de cette « nouvelle lutherie » de façon inattendue pour questionner le répertoire et réinventer le folklore avec une liberté inouïe. Gavotte, plinn, valse,
ridée…

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture culture bretonne culture régionale festival événements sorties et loisirs festival de cornouaille