Finistère : il crée des vêtements 100 % recyclés et recyclables, colorés et non genrés

Eco-responsable, pop, colorée et non genrée... c'est ainsi qu'Erwan Kervarec imagine la mode. Le Finistérien vient de lancer sa marque : UYD, la première en France à proposer des sweat-shirts 100 % recyclés et recyclables, fabriqués à partir de bouteilles plastiques. 
Erwan Kervarec, devant sa machine à coudre à Saint-Evarzec dans le Finistère. Le jeune homme de 20 ans vient de créer sa marque de vêtements 100 % recyclés et 100 % recyclables
Erwan Kervarec, devant sa machine à coudre à Saint-Evarzec dans le Finistère. Le jeune homme de 20 ans vient de créer sa marque de vêtements 100 % recyclés et 100 % recyclables © Gwenaëlle Bron/France Télévisions
"Là, sur moi, j'ai quinze bouteilles plastiques" lance Erwan Kervarec qui porte, ce matin-là, un sweat-shirt orange, blanc et rouge, d'inspiration pop, 100 % recyclé et 100 % recyclable. C'est à Saint-Evarzec, dans le Finistère, que le jeune homme a installé l'atelier de confection de UYD. Sa marque. Sa signature. U pour "be Unique", Y "be Yourself" et D "and Dream".
Le rêve devenu réalité pour ce créateur âgé de 20 ans qui, quatre ans plus tôt, se désespérant de ne pas trouver de vêtements éco-responsables à son goût, s'est retroussé les manches et mis au travail pour bâtir son projet. UYD devient ainsi la première marque française de sweats recyclés et colorés.
 

La mode est la seconde industrie la plus polluante. En France, nous jetons 700.000 tonnes de vêtements chaque année dont moins de 35 % sont revalorisés

Erwan Kervarec


"Aucun déchet inutile"


Erwan imagine une collection de sweats mixtes, non genrés, dans l'esprit de la "slow fashion" en opposition à la "fast fashion". L'idée est de fabriquer des vêtements selon un mode respectueux de l'environnement et des conditions de travail socialement responsables. Le créateur finistérien est un autodidacte : dessiner, coudre, monter son entreprise, il a appris tout seul. Avec une seule idée en tête : créer des vêtements ayant un impact carbone le plus faible possible.

Pour le tissu, plutôt que d'utiliser des matières biologiques, il opte pour la revalorisation de bouteilles plastiques. "Comme ça, elles ne finissent pas dans la nature, précise-t-il. On part de la bouteille qui est ensuite bouraillée, fendue et transformée en fil. Ce fil est tricoté pour devenir un tissu blanc. Après, il est teinté à l'aide de piments naturels sans aucune goutte d'eau".
Les rouleaux de tissus arrivent à Saint-Evarzec chez UYD. Il ne reste plus qu'à en faire des sweats à capuche. Le fil à coudre est également 100 % recyclé. Les étiquettes sont imprimées dans les chutes de tissu "pour n'avoir aucun déchet inutile"
 

De la matière première au produit final, tout est fabriqué en France. Et l'avantage est que le vêtement est à son tour recyclable. Il pourra même être retransformé en sweat tout neuf

Erwan Kervarec


"Plus chers mais plus durables"



L'éthique mais aussi l'esthétique car les sweat-shirts estampillés UYD misent sur un graphisme singulier et un tissu durable. "Ils sont plus lourds, ils contiennent plus de matière, explique Erwan. Ils s'épuisent moins au lavage et ils durent plus longtemps". Leur coût est également plus élevé. "Oui, c'est vrai, ils sont plus chers, pas à la portée de tout le monde, reconnaît Laurent Fontenas, co-fondateur de UYD et chargé de la partie commerciale. Mettre un peu plus cher pour que cela dure, c'est consommer moins et mieux". Il assure toutefois que, "au fur et à mesure de la collection, on fera tout pour baisser le prix".
 
Des sweats éthiques et esthétiques
Des sweats éthiques et esthétiques © Gwenaëlle Bron/France Télévisions


Des sweats déclinés en neuf univers graphiques - Life, Cheese, Sheetmetal, Strang ou encore Alien -, "très colorés, loin du noir et blanc", dont UYD assure la pré-vente sur la plateforme Ulule depuis ce 9 novembre. "Nous lançons cette première production avec un financement participatif et après on enquillera sur d'autres vêtements, comme des t-shirts pour l'été 2021".
Les sweats ne seront vendus que sur internet. Et les expéditions réalisées dans des emballages... réutilisables. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mode culture société