Finistère : les ports de pêche de Cornouaille tanguent avec la crise sanitaire

Les chiffres sont mauvais pour les sept ports de Cornouaille en 2020. Ils pâtissent de la crise sanitaire. La fermeture des restaurants et des frontières et des conditions météorologiques difficiles en début d'année ont fait chuter les tonnages.

Départ d'un navire de pêche hauturière
Départ d'un navire de pêche hauturière © PHOTOPQR LE TELEGRAMME / MAXPPP

Les débarquements dans les sept ports de pêche de Cornouaille, dont celui du Guilvinec, troisième port de pêche français, ont reculé de près de 12% en valeur en 2020 du fait de la crise sanitaire, a annoncé lundi la CCI métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO) qui en a la gestion.

Le total des débarquements sous criée et hors criée a atteint 46.313 tonnes en 2020, en baisse de 5,07% pour une valeur de 124 millions d'euros, en recul de 11,8%.

Ces mauvais chiffres sont le fait de la crise sanitaire liée au Covid-19 mais également des très mauvaises conditions météorologiques des trois premiers mois de l'année.

Christophe Hamel, directeur des criées de la CCIMBO Quimper.

 

Fermeture des restaurants et des frontières : la pêche trinque !


"La pêche hauturière est la grande perdante cette année", a souligné Christophe Hamel lors d'une conférence de presse. Les débarquements de cette pêche reculent de 19,4% en tonnage et de 23,2% en valeur du fait notamment de la fermeture des restaurants et des frontières.
  

Le Guilvinec en recul, Douarnenez au sommet !


Les débarquements au Guilvinec reculent de 16,23% en tonnage et de 17,63% en valeur en raison des difficultés rencontrées par la pêche hauturière qui représente 80% de l'activité du port.

En revanche, Douarnenez réalise "sa meilleure année depuis 20 ans", selon Christophe Hamel. Les débarquements de sardines y ont notamment été très importants (9.256 tonnes, contre 5.499 en 2019). Les débarquements y augmentent de 46,01% en tonnage et de 10,47% en valeur. 

La CCIMBO gère les sept ports de pêche de Cornouaille que sont Audierne, Concarneau, Douarnenez, Le Guilvinec, Loctudy, Penmarc'h et Lesconil. 

Ils représentent 21% de la pêche fraîche française et 45% de la pêche fraîche bretonne. Le Guilvinec est le troisième port de pêche français toutes espèces confondues et le premier en pêche artisanale (côtière et petite pêche)
    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie crise économique covid-19 santé société