Finistère. L'archipel des Glénan, un nid douillet pour les cormorans huppés

Publié le
Écrit par Carole Collinet-Appéré (avec Claire Louet)

La période de nidification des cormorans huppés a démarré dans l'archipel des Glénan. Comme, chaque année, Bretagne Vivante opère un comptage des nids. Cette espèce sensible trouve ici la tranquillité pour pondre ses œufs, loin de l'agitation humaine.

Son plumage est noir, son bec est crochu. Il porte une petite huppe sur la tête et affectionne les roches du littoral, notamment celles de l'archipel des Glénan. Le cormoran huppé y est de retour, depuis un mois, pour y construire son nid et pondre ses œufs. 

"Il y a des poussins qui couinent"

Cette nidification est suivie de près par la conservatrice de la réserve naturelle Saint-Nicolas-des-Glénan. Ce jour-là, accompagnée de bénévoles de Bretagne Vivante, Margot Le Guen débarque doucement sur l'île de Quignénec pour opérer le comptage des nids. 

"Le jeu, c'est de les trouver, sourit la jeune femme. Car ils aiment construire leur nid sous les cailloux". La petite troupe d'humains doit se faire discrète pour ne pas déranger ces oiseaux marins nicheurs. "On fait le plus vite et le plus bref possible, souligne Margot Le Guen. On ne s'attarde pas. Les cormorans vont se mettre dans l'eau, ils attendent qu'on parte pour revenir dans les nids"

Au fil de leur avancée, les bénévoles dénombrent les nids et les oeufs. "Il y a des poussins qui couinent" prévient l'un d'entre eux. Margot explore les moindres cailloux. "Il faut qu'on les cherche, dit-elle. Si on veut suivre la population de l'archipel, on doit être le plus exhaustif dans notre comptage". Bretagne Vivante a recensé 370 nids cette année, un chiffre en hausse par rapport à 2020.

Espèce sensible

Le cormoran huppé utilise tout ce qu'il a à sa disposition pour fabriquer son nid. Y compris les macro-déchets d'origine humaine qui seront eux aussi quantifiés. "Parfois, les nids sont remplis de déchets de pêche, de jeux de plage, relève Tristan Guillebot de Nerville, chargé de projets à Bretagne Vivante. On essaie de voir, au fur et à mesure des années, s'il y a plus ou moins de déchets. D'un ilot à l'autre, d'une colonie à l'autre, c'est très variable".

Ce comptage, très encadré, vise à savoir comment se porte le cormoran huppé et si ses effectifs au Glénan se maintiennent. "Ce n'est pas une espèce en danger. Elle est peu concernée par le risque d'extinction, précise Tristan. Mais c'est une espèce sensible".

Sur l'archipel des Glénan, classée zone Natura 2000, la diversité des oiseaux marins est riche. "On a trois espèces de sternes sur l'île aux Moutons, relate Maud Le Guen. Plus au au nord, il y a le gravelot à collier interrompu, l'huîtrier-pie, trois espèces protégées de goëland. C'est plutôt chouette".

Un vrai petit paradis que deux arrêtés de la préfecture du Finistère préservent  pendant la période de reproduction. Jusqu'au 31 août, l'île aux Moutons et l'île de la Croix sont ainsi interdites d'accès au public.