"On craint un nouvel échouage". Le rorqual secouru à Ploéven est à nouveau en difficulté près d'une plage de Douarnenez

Publié le Mis à jour le

Le rorqual, qui a été sauvé et remis à l'eau ce 20 septembre après un échouage à Ploéven, se trouve très près de la plage du Ris à Douarnenez. L'ONG Sea Sheperd France craint qu'il ne s'échoue à nouveau. Les bénévoles cherchent d'urgence une embarcation pour rejoindre le baleineau et l'aider repartir au large avant la marée basse.

On l'avait cru reparti vers le large, grâce aux bénévoles de l'ONG Sea Sheperd France et aux pompiers. Et puis non. Le rorqual, qui s'était échoué à Ploéven le 19 septembre, n'est finalement pas allé bien loin.

Il tourne en rond près de la plage du Ris, à Douarnenez. "Là où il se trouve, au moment où je vous parle, il y a 2m50 d'eau à peine et la mer va bientôt commencer à descendre, observe William Vacher, un habitant de Douarnenez. Le risque est qu'il s'échoue à nouveau".

On craint un nouvel échouage

Lamya Essemlali

Pdte de l'ONG Sea Sheperd France

Suivi par le Parc marin d'Iroise depuis sa remise à l'eau ce 20 septembre après minuit, le baleineau semble affaibli. De son côté, Sea Sheperd cherche un zodiac pour rejoindre le cétacé "et l'aider à nouveau à repartir au large, explique Lamya Essemlali, la présidente de l'ONG. On craint un nouvel échouage. On a besoin d'une embarcation car nos moyens marins ne sont pas ici, sur place".

Le rorqual est-il simplement affaibli ? Souffre-t-il d'une maladie ? Son sonar est-il endommagé, ce qui l'empêcherait de se nourrir et de s'orienter ? Autant d'interrogations qui, pour l'instant, ne trouvent pas de réponses.

"Pour l'avoir vu se battre et se débattre hier, quand il était échoué à Ploéven, le baleineau était plein d'énergie encore, souligne Lamya Essemlali. Il a mis toute son énergie pour repartir".

Sea Sheperd espère trouver un zodiac rapidement afin d'intervenir le plus vite possible et, surtout, avant que la marée n'atteigne son point le plus bas prévu après 20h.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité