Visite d'Emmanuel Macron dans le Finistère : pour "remercier la ferme France"

"Je viens pour remercier les salariés qui permettent de nourrir le pays" : Emmanuel Macron s'est rendu ce mercredi 22 avril dans une exploitation agricole du Finistère, avant de poursuivre sa visite dans un supermarché, afin de saluer la "deuxième ligne" qui maintient l'activité en pleine pandémie.

Emmanuel Macron sur l'exploitation des frères Roué, à Cléder dans le Finistère
Emmanuel Macron sur l'exploitation des frères Roué, à Cléder dans le Finistère © STEPHANE MAHE / POOL / AFP

Le chef de l'État a arpenté les allées des vastes serres de tomates de l'exploitation des frères Roué, à Cléder, maraîchers depuis cinq générations. Arrivé sans masque, il a discuté avec les exploitants et des salariés dans les allées, à bonne distance de ses interlocuteurs.

"Merci à la ferme France. Elle a tenu. On peut en être fier. J'espère que nos concitoyens vont être réconciliés avec ce beau métier qui est celui de nourrir la nation", a-t-il répété à des responsables de syndicats agricoles, en allusion à "l'agri-bashing" visant une partie de la profession ces deniers mois.
 
"Tout le monde a joué le jeu de manière formidable, avec des patrons et des salariés courageux qui sont allés au travail, parfois ils avaient peur mais ils sont venus, pour continuer de nourrir le pays", a ajouté le chef de l'État. Thierry et Jean-Marc Roué, qui cultivent sans pesticides sous 4,5 hectares de serres pour une production de quelques 2 500 tonnes, emploient en temps normal une trentaine de personnes, dont une vingtaine de saisonniers. Leur activité se poursuit actuellement grâce à des employés recrutés via la plateforme "Des bras pour ton assiette", lancée par l'Association nationale des employeurs agricoles et appuyée par les pouvoirs publics.

"La crise du Covid n'a pas d'impact sur notre marché jusqu'à présent", a indiqué à la presse Jean-Marc Roué, pour qui la visite du chef de l'État "est une reconnaissance pour les salariés". Les exploitants ont plaidé pour une mise en valeur de la production française et critiqué les distributeurs qui ne jouent pas le jeu.
 
"Le citoyen quand il est consommateur ne doit pas oublier d'être citoyen. Il faut se poser la question, d'où vient ce qu'on a dans l'assiette", a répondu le chef de l'État.  

Emmanuel Macron doit se rendre ensuite dans un supermarché Super U de Saint-Pol-de-Léon, afin de saluer l'engagement des salariés de la grande distribution, ses actions en faveur des personnes âgées (livraisons à domicile) et la priorité donnée aux productions locales.


Des tags hostiles à cette visite


Les services municipaux ont effacé ce mercredi matin quelques tags hostiles au chef de l'État, tracés sur la chaussée et sur le mur du Super U, a rapporté Le Télégramme. Les syndicats CGT et Sud/Solidaires ont critiqué le déplacement d'Emmanuel Macron, en plein confinement de la population.

Très agricole, la région du Léon est spécialisée dans la culture de l'artichaut, du chou-fleur et des fleurs coupées. Depuis le début de la crise sanitaire, l'exécutif insiste sur le fait que la France est préservée de la pénurie grâce à la richesse de sa production agricole et agroalimentaire, en "deuxième ligne" dans la "guerre" contre le coronavirus. Mais près de la moitié du poulet, des fruits et des légumes consommés en France sont importés, ce qui a relancé le débat sur la souveraineté alimentaire.

Emmanuel Macron tiendra vendredi une visioconférence avec des représentants des secteurs de la restauration et de l'hôtellerie, autres secteurs-clés très affectés par la crise.
    
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus politique santé société emploi économie agriculture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter