Grève dans l'enseignement: faible mobilisation en Bretagne

A Rennes, le rassemblement organisé devant l'inspection académique a mobilisé 500 personnes dont une centaines d'enseignants. / © I.Rettig / France 3 Bretagne
A Rennes, le rassemblement organisé devant l'inspection académique a mobilisé 500 personnes dont une centaines d'enseignants. / © I.Rettig / France 3 Bretagne

Des rassemblements ont eu lieu ce mardi matin dans une demi-douzaine de villes de Bretagne, à l'appel de syndicats et d'organisations lycéennes et étudiantes. Un mouvement qui vise à dénoncer les différentes réformes scolaires annoncées. Les actions ont finalement assez peu mobilisé dans la région.

Par Hélène Pédech

A peine 500 à Rennes, 150 à Lorient, 600 à Brest. C'est finalement dans cette dernière ville que l'appel à manifester aura le plus mobilisé ce mardi matin.

A Rennes, étudiants et lycéens formaient le gros du cortège. La matinée à démarré par le blocage de trois lycées de la ville (Bréquigny, Victor et Hélène Basch et Coëtlogon) avant que leur accès ne soit libéré, dans le calme, par des forces de l'ordre.


Les lycéens en grève ont ensuite été rejoints par des étudiants de Rennes 2, mobilisés depuis la semaine dernière. Ils se sont dirigés en cortège vers le centre-ville de Rennes où rendez-vous avait été donné à 11 heures devant l'inspection académique par les organisations syndicales (Snes-FSU, CGT, FO et Sud) appelant à cette journée de mobilisation. Une centaine d'enseignants du secondaire participait au rassemblement.

Mobilisation des lycéens, étudiants et enseignants à Rennes
Rennes (35) - Joseph, lycéen en Terminale L - Gwénaël Le Paih, secrétaire général SNES-FSU Bretagne - Equipe: I Rettig, B. Van Wassenhove, D. Lefebvre - France 3 Bretagne - France 3 Bretagne


Alors que ces derniers restaient sur place, étudiants et lycéens ont continué à manifester en se rendant devant plusieurs lycées du centre-ville afin de les inciter à rejoindre le cortège, sans grand succès.



A Lorient, 150 personnes se sont rassemblées en milieu de matinée devant l'Université de Bretagne Sud (Paquebot) avant de rejoindre la sous-préfecture.


Manque de postes à la fac de sports à Brest


C'est donc finalement à Brest que le mouvement semble avoir le plus mobilisé ce mardi matin. 600 personnes se sont rendues devant la présidence de l'Université de Bretagne Occidentale. Aux revendications nationales, s'ajoute un problème tout brestois. Etudiants et enseignants de la faculté de Sports dénoncent le manque de postes d'enseignants titulaires. Selon eux, il en manquerait 11 ce qui induit des suppressions d'enseignements.

Et ensuite...


Dans cette faculté de sports de l'UBO, une grève des cours a été votée à compter de lundi prochain, 12 février. 

A Rennes 2, des étudiants ont prévu un blocage général de l'université de Lettres et Sciences Humaines ce jeudi 8 février.

Réforme du bac, APB et salaires


Les revendications portent sur la hausse des effectifs dans les classes, la nouvelle réforme du bac et le site Parcoursup qui remplace APB.  Le rapport Mathiot, la réforme pour un nouveau bac, publié le 24 janvier dernier est loin d'avoir convaincu les syndicats. "Face à la mise en concurrence des établissements, des jeunes, des personnels, nos professions ne se résignent pas et se mobilisent", explique Gwénaël Le Paih, secrétaire général du SNES-FSU Bretagne.
En arrière-plan, le Snes-FSU dénonce aussi des problèmes de salaires pour les enseignants.

A lire aussi

Mobilisation des lycéens, étudiants et enseignants à Rennes

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés