Affaire Magali Blandin : les parents du mari mis en examen, leurs responsabilités restent à déterminer

Concernant l'affaire Magali Blandin, de nombreuses zones d'ombre subsistent autour du décès de cette mère de famille. Le mari, Jérôme Gaillard a reconnu être l'auteur du meurtre, mais a t-il bénéficié de complicités ? La mise en examen de ses parents ce dimanche pose quelques questions.

Le centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet (en Ille-et-Vilaine).
Le centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet (en Ille-et-Vilaine). © E. Colin / France 3 Bretagne

Les parents de Jérôme Gaillard, le mari de Magali Blandin, ont été placés en détention provisoire ce dimanche 21 mars. Le couple a été mis en examen pour complicité de tentative de meurtre par conjoint s’agissant du premier projet criminel. Cette décision judiciaire serait une véritable surprise pour eux, selon leurs avocats.  

"On ajoute du malheur au malheur ! Mon client est sous le choc, il est sidéré"

Maître Olivier Chauvel, avocat du père de Jérôme Gaillard

Le père de Jérôme Gaillard, âgé de 75 ans est incarcéré au Centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet, près de Rennes. Son avocat l'assure "mon client n’a jamais eu de problème avec la justice. Cette incarcération ne s’imposait pas au vu des pièces du dossier". L'avocat compte prochainement demander une remise en liberté pour son client. Il dit attendre quelques jours, le temps de mieux appréhender le dossier. 

 


Plus d'un mois après la disparition de Magali Blandin, mère de famille de quatre enfants, son corps a été retrouvé ce samedi matin près de Rennes sur l'indication de son mari, qui a avoué l'avoir tuée à coups de batte de baseball, sur fond de "complot criminel".
 


Demande de remise en liberté pour la mère de Jérôme Gaillard


C'est une avocate, Gwendoline Tenier, qui défend la mère de Jérôme Gaillard. Deux défenseurs différents donc pour les deux parents. L'avocate a fait, elle une demande de remise en liberté pour sa cliente ce lundi, c'est ce qu'elle nous a confié : "C’est une mère qui est en train de découvrir à la fois que son fils a commis un acte atroce et qui est prise dans ce que j'appelle un conflit de loyauté, estime l'avocate. Le procureur de la République a parlé dans la conférence de presse, de complot criminel, de complot familial, ça n’est pas ce que je vois moi. Ce que je vois moi, c’est qu'il y a un conflit de loyauté qui est tel, que vous avez deux parents de 72 et 74 ans, qui se retrouvent aujourd’hui en détention provisoire parce que leur fils a commis un acte atroce." 
 

Qu'est-il reproché au couple ?


Le père et la mère de Jérôme Gaillard ont été mis en examen pour complicité de tentative de meurtre par conjoint. Mais avec ce chef d’accusation qu'entend réellement la justice ? Les parents ont-ils fourni un alibi à leur fils ? Étaient-ils au courant de ce projet de meurtre ? Est-ce qu’ils l'ont appris une fois que le crime a été commis ou y ont-ils activement participé ? Seule l’instruction pourra permettre de répondre à ses questions et peut-être de mettre le couple hors de cause. Jérôme Gaillard affirme lui depuis le début que ses parents n’ont rien à voir dans cette histoire.

 

 

Quid du voisin géorgien mis en examen ? 

Dans cette affaire, un géorgien de 39 ans a également été mis en examen pour "tentative d'extorsion en bande organisée en récidive légale" et "destruction de preuve d'un crime pour faire obstacle à la manifestation de la vérité". Il avait été interpellé mardi dernier près de Cherbourg et a été placé en détention provisoire.

Jérôme Gaillard louait à ce géorgien un hangar derrière chez lui. Selon nos informations, le géorgien aurait détruit la voiture qui aurait permis de transporter le cadavre de Magali Blandin. L’avocate du géorgien, Maître Elodie Brault, nous confie que son client ne nie pas la matérialité des faits qui lui sont reprochés, mais affirme avoir agi sans connaissance de cause.

En revanche, des zones d’ombres persistent dans cette affaire d’extorsion. Le rôle de ce géorgien est encore à déterminer. .

"Mon client n’a pas compris pourquoi il était impliqué dans des faits aussi importants. Pour lui, c’est incompréhensible". Maître Elodie Brault va demander une remise en liberté de son client ce mardi 23 mars.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société