A côté de Rennes, 22 emplois menacés dans une société de vente par téléphone

L'entreprise Télétech, dont le siège est établi dans les Hauts-de-Seine, s'apprête à fermer son site de Chantepie, à côté de Rennes, ainsi que celui de Vendôme, dans le Loir-et-Cher. Sur le site brétilien, 22 salariés sont concernés par un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

L'entreprise Télétech à Chantepie près de Rennes, emploie des télévendeurs sollicités par les banques et les compagnies d'assurance pour vendre leurs produits. Le site d'Ille-et-Vilaine de de Télétech pourrait fermer.
L'entreprise Télétech à Chantepie près de Rennes, emploie des télévendeurs sollicités par les banques et les compagnies d'assurance pour vendre leurs produits. Le site d'Ille-et-Vilaine de de Télétech pourrait fermer. © DR
D'après les représentants des salariés, tout s'est passé très vite. Fin juin, ils apprenaient que l'entreprise Télétech de Chantepie, spécialisée dans la vente par téléphone d'assurances et de crédits,  allait fermer. Ils étaient invités à travailler désormais sur un autre site à Laval, en Mayenne. La quasi-totalité des télévendeurs a refusé ce transfert de leur lieu de travail.
 

Plan de sauvegarde de l'emploi en cours d'homologation


Début septembre, un Plan de sauvegarde de l'Emploi (PSE) était annoncé par le siège de Télétech, situé dans les Hauts-de-Seine. Il est en cours d'examen auprès de la Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte). Contactée par téléphone, une représentante du Comité social et économique (CSE) se montre pessimiste sur les possibilités de reclassement des salariés de plus de 50 ans qui constituent une partie de l'équipe d'Ille-et-Vilaine.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie