Beaucé : le centre d'accueil des migrants va fermer

Le 28 février prochain, l'hôtel devenu centre d’accueil pour migrants, fermera ses portes. / © DAMIEN MEYER / AFP
Le 28 février prochain, l'hôtel devenu centre d’accueil pour migrants, fermera ses portes. / © DAMIEN MEYER / AFP

La préfecture a décidé de fermer le centre d'accueil des migrants de Beaucé, le 28 février prochain. Ouvert depuis octobre 2016, le centre avait besoin d'entretien. Une cinquantaine de réfugiés devrait être relogée. 

Par Alicia Foricher

La préfecture a décidé de fermer le centre d'accueil des migrants de Beaucé, près de Fougères. Pour des raisons sanitaires, le 28 février prochain, l'ancien hôtel Beauséjour, fermera ses portes, laissant derrière lui, une cinquantaine de migrants. 


Structure temporaire 


Dès son ouverture en octobre 2016, le CAO, centre d'accueil et d'orientation, était une structure temporaire. "Le souhait était de mettre à l'abri ces personnes" explique le maire de Beaucé, Jean-Louis Lagrée. Les migrants venaient majoritairement du Soudan mais également de l'Afghanistan, du Pakistan et de l'Irak. "Cela a été une formidable aventure humaine" souligne le maire.

Problèmes sanitaires


Fin d'année, la convention avait été reconduite pour que le centre perdure. Cependant, "il n'y avait plus de nouveaux arrivants" explique Richard Daniel Boisson, le sous-préfet de Fougères-Vitré. Mais depuis, l'humidité et des parasites, notamment des punaises de lit avaient fait leur apparition.

Il aurait fallu trois semaines pour nettoyer le centre. "On aurait relogé provisoirement les résidents puis fait revenir dans le centre. Autant les reloger directement".

Que vont devenir les résidents ?


"Une partie des personnes ont le statut de réfugié" affirme le maire. Elles sont donc placées sous la protection juridique et administrative de l'Ofpra et bénéficient d'une carte de résident pendant 10 ans. Elles ont pu avoir un logement social et commencer un parcours d'intégration, avec apprentissage du français, formation professionnelle, pour accéder à terme à une situation professionnelle.

Les autres migrants partiront vers d'autres centres d'accueil, les lieux ne sont pas encore définis.
 


A lire aussi

Sur le même sujet

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail

Les + Lus