Confinement : comment garder le lien avec les jeunes en milieu rural ?

Pendant ces deux semaines de vacances de printemps, les deux espaces jeunes de la communauté de communes Couesnon Marches de Bretagne, n’ont pas pu ouvrir et accueillir leurs jeunes adhérents « comme d’habitude ». Qu’à cela ne tienne, l’équipe est allée à leur rencontre.

L'équipe du service jeunesse de Couesnon Marches de Bretagne interview un adolescent au parc botanique de Haute-Bretagne
L'équipe du service jeunesse de Couesnon Marches de Bretagne interview un adolescent au parc botanique de Haute-Bretagne © Service jeunesse Couesnon Marches de Bretagne

Deux canapés rouge, quatre caméras… et hop ! Eddy Marsault, le responsable du service jeunesse de Couesnon Marches de Bretagne (dans le nord de l’Ille-et-Vilaine) débarque avec son équipe de tournage dans un champs, une forêt ou au beau milieu d'un salon, là où l'adolescent leur a donné rendez-vous, sur une des 22 communes de ce territoire rural à la frontière avec la Manche. Le projet de l'émission, baptisée "J'irai traîner chez toi" (librement inspirée de l'émission "J'irai dormir chez vous") : interviewer pendant une dizaine de minutes un jeune collégien ou lycéen et lui lancer quelques gentils défis, comme ce qui se fait sur YouTube.

Un mélange de sérieux et de légèreté, pour garder le lien avec ces jeunes adolescents. Ils sont entre 3 et 400 inscrits chaque année à ce service jeunesse qui propose des activités loisirs et de l'accompagnement scolaire.

Aller à la recontre des jeunes

Il y a un an, pendant le premier confinement, le service jeunesse de la collectivité n'avait pas pu agir, "on était tous à la maison", rappelle Eddy Marsault, qui constate que beaucoup d'espaces jeunes "ne font que de l’animation numérique. On ne voulait pas les mettre devant un écran en plus de leurs cours en ligne et de leur consommation personnelle".

Pour ce "confinement 3", le service "a investi dans une mascotte, on a été partout sur les 22 communes du territoire, une petite animation pour garder le lien."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par SJ de Couesnon Marches de Bzh (@service.jeunesse.cmb)

L'équipe lance également un casting via les réseaux sociaux pour recruter 15 jeunes âgés entre 10 et 17 ans, qui acceptent de jouer le jeu et de se confier aux caméras.

Les tournages viennent de commencer. Théodore, 12 ans, a donné rendez-vous à l'équipe chez lui, dans sa cabane située sur la ferme de ses parents en pleine campagne.

Théodore, 12 ans
Théodore, 12 ans © Service jeunesse Couesnon Marches de Bretagne

Le jeune collégien de 5e, qui aime parler en public, a apprécié qu'on lui tende le micro : "On ne parle pas trop de nous. On n’a plus trop d’activités, c’est un peu lourd. Le collège c’est bien, mais faut aussi avoir des activités périscolaires. Dire que les jeunes étaient un peu oubliés pendant la pandémie. On parle des anciens, il faut les vacciner et tout ça… mais pas de nous."

Le papa de Théodore, maraîcher bio, salue l'intiative : "On apprend à nos enfants à prendre du recul sur les réseaux sociaux, il y a beaucoup de choses et de gadgets inutiles. Mais là c’est pas du zapping, ça permet aux jeunes de s’exprimer c’est vraiment chouette. En ces temps où les jeunes ne peuvent pas se rencontrer, c'est une bonne alternative."

"Faire autre chose que de rester à la maison"

Des adolescents contraints de passer plus de temps à la maison, et qui voient moins leurs copains. Thalia, 14 ans, en classe de 4e à St Brice-en-Coglès, fréquente en temps normal l'espace jeunes de la commune pendant les vacances, pour "faire des activités, se faire des amis et passer un bon moment.". 

Thalia, 14 ans, en classe de 4e à St Brice-en-Coglès
Thalia, 14 ans, en classe de 4e à St Brice-en-Coglès © Service jeunesse Couesnon Marches de Bretagne

Privée de tout cela, elle a répondu au casting pour "faire autre chose que de rester à la maison". La jeune fille confie : "Je trouve ça très long et un peu fatiguant. Les cours à distance c'est difficile, pas facile de se concentrer, de ne plus voir mes amis au collège. On reste connectés avec les réseaux sociaux". L'adolescente reconnaît passer plus de temps devant les écrans, tout en sachant que "ça n'est pas très bon pour la santé"

Comment ces adolescents vivent-ils cette période si particulière ? Comment voient-ils l’avenir ? Qu’est-ce qui leur manque le plus ? Questions posées par Eddy Marsault à la fin de chaque interview. Avec ce projet, il espère aussi "garder une trace de cette crise et du ressenti des jeunes sur la crise sanitaire.", des témoignages qui seront encore plus précieux dans quelques années. 

L'émission, dont la réalisation a pu être financée en partie grâce aux subventions de la CAF d'Ille-et-Vilaine et du service départemental de la jeunesse, de l’engagement et du sport, sera diffusée cet été, avec un épisode mis en ligne chaque semaine de juillet à septembre sur les résaux sociaux de l'espace jeunesse de Couesnon Marches de Bretagne (Instagram, Facebook et Youtube).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeunesse société confinement covid-19