Fougères : l'art contemporain prend ses quartiers d'été dans le jardin public

Pour la 4e année, Fougères propose pour l'été une exposition d'art contemporain dans le Jardin Public de la ville. Les œuvres de trois artistes ont pris place au milieu des pelouses et des massifs, face au château médiéval, pour "Place aux Arts", à découvrir jusqu'au 4 octobre.


Ce sont des blocs de pierres, du granit, acheminés par des engins de chantier jusqu’au jardin public. Vincent Mauger, le sculpteur est présent pour l’installation. Il s’agit à ce moment-là, de trouver la meilleure orientation pour apprécier l’œuvre, en fonction aussi de la circulation du public. Imaginée spécialement pour l’occasion, l’artiste, vient à peine d’y mettre la dernière main et la découvre dans un nouvel environnement. Une œuvre très symbolique pour le Breton, originaire de Fougères, le pays du granit.
 

Comme un jeu de construction à poursuivre


Il construit des morceaux de paysage en métal, en pierre, ou en plastique, qu'il mixe à des techniques d'imagerie virtuelle, avec des lignes géométriques, mathématiques. "Ce qui m’intéresse c’est le rapport au dessin, explique Vincent Mauger le fait de tracer ces lignes sur le volume ça créé comme un dessin sur son pourtour, comme une modélisation, comme si on avait recouvert l’objet d’une sorte de maillage, un peu comme les maillages qu’on utilise en 3D sur une forme virtuelle. C’est un jeu à partir d’un objet réel. En même temps il y a le côté technique, technologique du maillage et ça renvoie aussi à des formes plus ancestrales de gravure directe sur pierre".
 


 Et au coeur du travail du Fougerais la question de l'architecture et de l'urbanisme. "J'aime bien aussi l’'idée qu’une sculpture ce soit comme un fragment, poursuit-il un début de construction et qu’en la regardant on puisse s’imaginer poursuivre cette construction. Il y a un embryon qui est proposé et qu’on peut développer par l'imaginaire."
 
 

Du château au jardin public, un voyage dans le temps


Les oeuvres de Vincent Mauger ont pris place dans le jardin public de Fougères, avec celles de Vincent Barré et de Philippe Desloubières. Les trois artistes sont réunis pour « Place aux Arts » nouvelle exposition d'art contemporain. Une 4e édition, programmée jusqu’au début du mois d’octobre.

Cette exposition d’art contemporain fait face au château médiéval de la petite cité, comme si le temps entre les époques s’était brutalement réduit. Pour le commissaire de l'exposition, Philippe Hardy, "Le concept de l’exposition justement c’est d’amener une ville comme Fougères au patrimoine extrêmement riche, et très ancien, vers l’art contemporain. Avec une certaine douceur, mais aussi avec un haut niveau, précise-t-il : Comment l’amener vers le contemporain sans décrocher le public des Fougerais et des touristes ?"
 

" L’art contemporain doit déranger mais ne doit pas provoquer, continue le commissaire, je voudrais que le public en sortant du château se demande ce que c’est que cela et en se le demandant regarde davantage et se pose des questions sur ce que l’art signifie aujourd’hui.
 

Est-ce que l’art peut encore signifier quelque chose aujourd’hui dans notre monde de la rapidité et de l’événementiel ? Ce qui est presque contraire au regard tranquille et méditatif qu’on peut poser sur une sculpture.

 
 

Inspiration végétale pour courbes sensuelles et colorées


A deux pas, au détour d’un bosquet ou d’un bassin, d'un rouge éclatant, avec des formes joyeuses, sensuelles, sexuelles parfois, les oeuvres en plaques de métal de Philippe Desloubières, ont trouvé leur écrin végétal. Lui recherche l'harmonie et la sérénité. Un travail de la ligne et du trait, à partir d'un geste spontané, qui prend son inspiration dans l’observation de la nature.
 


"J'observe énormément les feuilles, les fleurs, les pétales, les textures, les formes, il y a des milliers de différences. Je regarde par plaisir, moi j’ai un petit jardinet dont je m’occupe et je regarde tous les jours. Je ne prends pas de note, je ne fais pas de dessin, et j’imagine que toutes les formes importantes sont gravées et ça doit ressurgir dans mon travail, dans le geste que je vais faire."
« Je tente de réaliser des formes simples, qui soient harmonieuses et sereines explique encore l’artiste, je ne cherche pas à reproduire du végétal, il est mieux que ce que je pourrais faire, mais en tout cas je suis inspiré par le végétal, sans chercher à l’être, moi je ne pense pas à ce que je vais faire. »


Les sculptures des trois artistes, expression de leurs univers intérieurs, sont disposées au milieu des arbres, des massifs et des fleurs, offertes aux yeux des passants, des jeunes et des moins jeunes, qui profitent d’un instant de pause ou d’une balade. De l'art en volume, exposé pour aller à la rencontre du public et amener la pensée, le rêve ou la méditation.