Gilles Pennelle (RN) : un cadre du parti évoque un « passé sulfureux » et demande de lui retirer son investiture

J.R.Sulzer, ancien conseiller économique de Marine Le Pen et représentant des militants de confession juive au sein du RN, suggère à la présidente de retirer l’investiture à certains candidats « à cause de leur passé un peu sulfureux ».  Gilles Pennelle, fait partie de la liste. 

Gilles Pennelle est conseiller régional. Il sera la tête de liste du Rassemblement national pour les élections régionales.
Gilles Pennelle est conseiller régional. Il sera la tête de liste du Rassemblement national pour les élections régionales. © France 3 Bretagne

Ce sont des propos qui tombent mal pour le candidat du Rassemblement National. Gilles Pennelle tête de liste aux élections régionales en Bretagne ne décolère pas. « Ce mec raconte n’importe quoi. Je n’ai pas à me justifier là-dessus !  »

Le feu a été allumé par Jean-Richard Sulzer. Le conseiller régional sortant dans les Hauts de France a en effet envoyé un courriel le 5 mai dernier à Marine Le Pen pour la mettre en garde contre la présence aux élections de candidats « au passé sulfureux ». "Jamais mes coreligionnaires, qui t'adorent par ailleurs, ne voteront pour eux : tu risques de retrouver des bulletins panachés" écrit J.R Sulzer cité par l’AFP qui a pu consulter le document.

Dans la liste noire de l’élu RN des Hauts-de-France figurent Axel Loustau conseiller régional sortant en Ile-de-France, ancien militant du syndicat étudiant d'ultradroite GUD, Philippe Vardon, directeur de campagne de la tête de liste en Paca, Thierry Mariani, ancien membre d'Unité radicale et des Identitaires, ou encore Gilles Pennelle présenté par le JDD comme un « compagnon de route de Terre et peuple, un groupuscule néopaïen racialiste qui se réclame du courant Völkisch, l’une des matrices idéologiques du nazisme ».

Si ces propos sont aujourd’hui relayés par la presse française, la pression sur la dirigeante du parti d’extrême droite s’exerce depuis déjà plusieurs semaines. En avril Jean-Richard Sulzer avait en effet déclaré au quotidien israélien The Jerusalem Post « Nous demandons [à Le Pen] de retirer les néonazis de la liste des candidats ».

 

Gilles Pennelle, ancien militant de Terre et peuple ?

 

Sans doute possible, Gilles Pennelle a participé à la rédaction de l’ouvrage « Balades au cœur de l’Europe païenne »  tout comme plusieurs contributeurs réguliers de la revue Terre et peuple. Mais pour le conseiller régional il ne s'agissait là que d'un écrit sur le Mont-Saint-Michel.

Pourtant plusieurs journalistes et chercheurs le présentent comme un contributeur régulier de la revue et ancien militant de l'association de Pierre Vial, Cet enseignant en histoire médiévale à l'Université Jean-Moulin - Lyon III est un ancien élu du FN, du MNR de Bruno Mégret (tout comme Gilles Pennelle) et un militant identitaire.

Dans son analyse du discours décomplexé du Front National en campagne datant du 9 décembre 2015 Cécile Alduy Professeure à la Stanford University, et membre de l’ORAP (Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean Jaurès), notait : "Pennelle est un ancien militant du groupuscule identitaire « philo-nazi », Terre et Peuple. En 2002, il participait au lancement, à Paris, de « la Maison de l’identité », une structure rassemblant des déçus du Front National et du MNR de Bruno Mégret. Invité à prendre la parole sur le thème de « la survie de l’intégrité physique et culturelle des peuples européens », il avait déclaré à propos de la possible adhésion de la Turquie à l’Union européenne : « Si nous ne faisons rien, “ils” s’installeront dans nos cathédrales, “ils” coucheront avec vos filles ». "

 

"Anti-islamiste oui. Antisémite non."

 

Joint par téléphone Gilles Pennelle assume être "anti-islamiste" mais se défend d’être antisémite. "Je n’ai rien à dire là-dessus. Je n’ai rien à voir avec tout ça. C’est scandaleux. Je mets au défi qui que ce soit de trouver le moindre propos à tendance antisémite, nazi, ou néo-nazi ! " s’emporte-t-il.

Le Conseiller régional est furieux de voir les médias relayer l’affaire « rien que le fait que vous abordiez ça est scandaleux »

Il faut dire qu’à quelques jours des élections régionales et départementales « l’affaire » est un gros caillou dans la chaussure du professeur d’histoire-géographie à la retraite et patron des fédérations bretonnes du Rassemblement National.

 

Gilles Pennelle a déclaré qu’il allait engager des poursuites en justice contre les journalistes du JDD et de l’AFP qui ont écrit sur l’affaire :"j'ai vu ça avec Marine". Comme un avertissement, avant de raccrocher le conseiller régional breton n’hésite pas à nous préciser « je vous préviens, je sais réagir aux attaques qu’on me porte ».

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique rassemblement national polémique société