Ille-et-Vilaine : l'ouverture des commerces le dimanche ne fait pas recette

Les préfectures bretonnes ont donné l'autorisation aux commerces d'ouvrir les cinq dimanches de janvier. En Ille-et-Vilaine, les magasins restent majoritairement portes closes, sauf ceux déjà habitués à ouvrir ce jour-là. 

Des rues de Châteaugiron calmes le dimanche et des boutiques dans leur majorité fermées
Des rues de Châteaugiron calmes le dimanche et des boutiques dans leur majorité fermées © V. Bars - France Télévisions

Les commerces sont autorisés à ouvrir tous les dimanches de janvier. En Ille-et-Vilaine, la préfecture a pris cette décision exceptionnelle fin décembre, voulant permettre aux commerçants de rattraper des pertes liées à la crise sanitaire. Les autres départements bretons ont suivi dans la foulée. 


Rideaux fermés  


Dol-de-Bretagne, Fougères, Châteaugiron et Rennes, en arpentant les rues, force est de constater que la plupart du temps, les rideaux sont tirés et les rues bien vides. Les commerçants contactés invoquent une fatigue, après un mois de décembre où le rythme a été soutenu.

A Châteaugiron, Patrick Drouin tient une boutique de décoration. Depuis 7 ans, il ouvre un dimanche par mois. "C'est un bon créneau, une fois que les clients en prennent l'habitude. Cela permet d'avoir une autre dynamique." Concernant l'autorisation donnée par la préfecture, il estime que "c'est un moindre mal", "le minimum". "Cela permet de minimiser les pertes qu'on a eues pendant 2020, de réduire ce champ néant."

Du côté des clients, l'information n'est pas toujours connue. Certains entrent par hasard et apprécient l'initiative. "Cela permet peut-être aussi de moins brasser de gens que le samedi." 


Pas avant le lancement des soldes


Dans la même rue que la boutique de décoration, Lydie Rolland gère un magasin de lingerie. Elle trouve l'idée d'ouvrir le dimanche, bonne, mais va attendre. Elle juge la période de début janvier calme, pas suffisante pour en tirer des bénéficies. "Pour l'instant, c'est trop tôt, à partir du moment où les soldes ne sont pas lancées, c'est calme." 

Comme beaucoup de commerçants, il faut que cette ouverture le dimanche soit rentable. Le compte n'y est pas pour le moment, alors que les soldes ont été reportées de trois semaines.  Lydie espère d'ailleurs une prolongation de cette possibilité d'ouverture en février.  

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie