La pandémie complique l'organisation du Festival du Film britannique de Dinard

Des équipes de films indisponibles ou pour lesquelles la traversée de la Manche est désormais difficile, des personnalités aux plannings surchargés après des mois d'arrêt. La pandémie et le Brexit ont transformé l'organisation du festival de Dinard, emmené par Bérénice Béjo, en véritable casse-tête
Bérénice Béjo, présidente du jury de la 32e édition du Dinard festival du Film Britannique
Bérénice Béjo, présidente du jury de la 32e édition du Dinard festival du Film Britannique © Michel Hazanavicius

Le festival devrait bien avoir lieu. Après l'annulation de la dernière édition, tous l'espèrent et à un mois de l'événement, les choses se précisent. La 32e édition du Dinard Festival du Film britannique, c'est désormais son intitulé, doit se tenir du 29 septembre au 30 octobre prochain dans la célèbre station balnéaire de la Côte d'Emeraude. Mais l'organisation de l'événement cinématographique a été rendue particulièrement compliquée, non seulement dans le contexte du Brexit et de relations bilatérales moins aisées que par le passé, mais aussi par la pandémie. 
 

Une industrie du cinéma impactée par la crise sanitaire

En effet en raison de la crise sanitaire, et du ralentissement de l'industrie du cinéma durant de longs mois, un effet rattrapage est actuellement constaté, avec beaucoup de projets qui s'enchaînent et des plannings pour les professionnels du cinéma très serrés. Résultat : peu de temps disponible. Sans même évoquer toutes les manifestations, qui se sont vues décalées, le festival de Cannes au premier chef, ce qui a bouleversé les emplois du temps.
 

Bérénice Béjo, présidente du jury de cette 32e édition


De ce fait le jury de cette 32e édition a été très difficile à constituer. Seules quatre personnalités ont pour le moment répondu présentes. Deux autres ne sont pas encore officiellement confirmées, les tractations sont toujours en cours. Ce sera donc la comédienne Bérénice Béjo, déjà invitée en 2020, qui officiera en tant que présidente du jury pour cette édition. Elle sera accompagnée du producteur britannique Paul Webster, lui aussi déjà prévu en 2020. Un jury composé encore de Laura Smet, autre comédienne et du réalisateur et scénariste Mohamed Hamidi.
 

L'affiche de cette 32e édition du Dinard Festival du film britannique
L'affiche de cette 32e édition du Dinard Festival du film britannique

Nouvelle équipe, nouveau festival

L'équipe renouvelée, emmenée par la très britannique Dominique Green a hâte de retrouver le public et de lui faire partager ses coups de coeur, la créativité et les nouveaux talents d'outre-Manche. Une nouvelle équipe pour un festival nouvelle version. La programmation sera en effet disponible en ligne pour un événement qui se veut désormais également numérique, par le biais d'une plate forme de streaming. L'édition scolaire se déroulera non plus avant, mais la semaine juste après le festival, avec huit films réservés aux élèves. Et la grande nouveauté, ce sont des thématiques développées au travers des films proposés, avec pour chacune d'entre elle un parrain.


Peu de Britanniques présents ?

Une nouvelle organisation, qui a été quelque peu imposée par le contexte, car peu d'équipes de films ont pour le moment annoncé leur présence à Dinard. Comme pour le jury, les plannings sont chargés et ne sont pas toujours compatibles, et puis du fait de la pandémie, l'entrée sur le sol français reste aussi conditionné pour les ressortissants britanniques. Autant de raisons qui font que l'organisation du festival craint que les professionnels aient du mal à traverser la Manche.
 

Des parrains pour chacune des six thématiques

Ainsi afin de palier cette possible absence, ce sont des parrains, des personnalités phares, qui permettront d'aborder chacune des thématiques. Nicolas Hulot par exemple pour la section "Land & Sea", qui s'intéresse aux hommes et aux femmes, travailleurs de la terre ou de la mer, confrontés à de nouveaux défis. Michka Assayas, encore pour le thème consacré à la musique et intitulé "Dinard Rocks The Casbah". La productrice britannique Elisabeth Karlsen sera la référente sur le thème "To be or not to Be" qui traitera de la condition humaine et des préoccupations majeures de notre temps, immigration, identité sexuelle ou pandémie. Les trois autres thématiques traiteront du film d'horreur, de l'adolescence, et du cinéma irlandais. 

Une programmation qui compte au total plus d'une cinquantaine de films, des documentaires, téléfilm et même une série TV. De quoi satisfaire le besoin de cinéma, de salles obscures, de plaisir de se retrouver dans un festival et de curiosité quant au 7e Art britannique. Autant d'œuvres rares, inédites, ou surprenantes, qui ne devraient pas manquer de ravir les amateurs. Et ils sont nombreux !

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture festival événements sorties et loisirs