La maternité de Fougères engagée pour préserver les mamans

Illustration / © Maxppp - PQR - D. Szuster
Illustration / © Maxppp - PQR - D. Szuster

761 naissances en 2018 et, pour chacune d'elles, une attention particulière est portée pour limiter les césariennes et les épisiotomies. La maternité de Fougères s'est engagée dans "la bientraitance" du corps des femmes qui accouchent. Un effort récompensé par un label national crée récemment.

Par Myriam Thiébaut


Le professeur Israël Nisand a fait le déplacement pour l'occasion : le collège national des gynécologues décerne son label de "bientraitance" à la maternité de Fougères, un prix lancé début 2019. Cet établissement d'Ille-et-Vilaine devient ainsi la deuxième maternité à être distinguée pour son engagement à préserver les futures mères, et leur corps.


Le nombe de césariennes et d'épisiotomies réduit


Les césariennes sont moins fréquentes qu'ailleurs : elles concernent 15,3 % des accouchements qui sont pratiqués à Fougères, contre 20,4 % à l'échelle nationale. Les épisiotomies sont aussi nettement moins nombreuses: 8,1% contre 20% en moyenne en France. Des statistiques affichées à l'accueil de la maternité, pour informer les patientes.

La cheffe de la maternité souligne que cette attention pour limiter les actes chirurgicaux ne datent pas d'hier. Son prédecesseur s'était déjà engagé en ce sens.

"Mais il y a encore 10 ou 15 ans, on ne parlait pas du tout de ça", rappelle Flavie Toret-Labeeuw. "Même si ici, on avait déjà l'idée de respecter les désirs des futures mères, sous réserve de veiller à leur sécurité."


"La clé, c'est l'écoute et le dialogue"


"On demande aux couples d'écrire un projet de naissance. On part de ce document pour susciter un dialogue entre la patiente et le praticien. Le couple le rédige et la maman peut alors faire part de ses craintes. Et nous, on réexplique certaines choses. Une dame qui est bien informée comprend ce qui lui arrive et cela améliore le vécu de l'accouchement."

Eviter un traumatisme, et améliorer le vécu de l'accouchement,  des moyens de contenir les risques de dépression post-naissance. Un vécu serein à la maternité permet aussi de préserver la relation mère-enfant.
 

Sur le même sujet

Les + Lus