Le parc botanique de Haute Bretagne rouvre ses jardins au public ce lundi

Après deux mois de confinement, le parc botanique de Haute Bretagne rouvre ce lundi. Mais les semaines de fermeture sont aussi synonymes de manque à gagner pour ce lieu qui réalise 60 % de son chiffre d'affaires au printemps. 

Le parc botanique de Haute-Bretagne rouvre ses portes aux visiteurs ce lundi
Le parc botanique de Haute-Bretagne rouvre ses portes aux visiteurs ce lundi © Valérie Chopin/France Télévisions

La pleine saison, pour le parc botanique de Haute Bretagne, commence le 1er mars. Epidémie de Covid-19 oblige, tout le monde a dû se confiner dès la mi-mars.

Ce lieu, situé au Châtellier en Ille-et-Vilaine, a donc fermé ses 25 hectares de jardins au public. Le pire des moments pour un parc qui attire chaque année des milliers de visiteurs. "Le printemps, c'est 60 % de notre chiffre d'affaires ! soupire Alain Jouno, le créateur de ces 24 jardins. "Le confinement nous occasionne une perte sèche de 130 000 euros à la date d'aujourd'hui".

Sans compter les désistements en chambre d'hôtes puisque le château en compte cinq, et les visites de groupes adultes et scolaires qui ne se dérouleront pas dans les mêmes conditions que les années précédentes. 
 

S'occuper des jardins pendant le confinement


En temps normal, 50 % des visiteurs font au moins 300 kilomètres pour découvrir toutes ces espèces et essences venues de différents continents. "25 % d'entre eux sont des étrangers, parmi lesquels 15 % d'Anglais". Des étrangers que le propriétaire des lieux craint de ne pas voir revenir de sitôt.

Durant les deux mois de confinement, lui et ses proches n'ont pas chômé. Les cinq jardiniers, ayant été un bon moment placés en chômage partiel, Alain Jouno a passé beaucoup de temps à tailler et s'occuper de ces 25 hectares. "C'est frustrant de ne pas avoir pu partager notre passion avec les visiteurs... l'intérêt d'un jardin, c'est de pouvoir échanger avec eux", dit-il.

Mais l'homme tente de positiver, d'autant que le parc rouvre ses portes ce lundi 11 mai. "Les floraisons printanières sont particulièrement spectaculaires, mais un jardin ce ne sont pas que des fleurs. On peut en profiter aussi durant l'été. Pour moi, l'une des plus belles saisons, c'est l'automne. Jusqu'à mi-novembre, c'est une très belle période, notamment grâce à la lumière".
 


Manger les pieds dans l'herbe


Les plantes n'ont jamais été aussi nombreuses à patienter dans la jardinerie. 70 % des ventes annuelles se font normalement au printemps. Qui viendra en acheter ? Et les livres et objets en boutique ? Tout a été fait, évidemment, pour que la réouverture se fasse dans les règles aujourd'hui imposées : gel hydroalcoolique, distances et port du masque demandé à la billeterie.

Les visiteurs sont attendus dans ce parc botanique, mais aussi au "Casse-graines", le café-restaurant accolé à l'entrée. A ceci près que les restaurants et cafés ne sont pas encore autorisés à recevoir du public.

Alors, c'est donc un système de "drive" que Stéphane et sa femme Anne-Sophie ont mis en place. La carte est la même qu'à l'accoutumée. Mais les clients emporteront leur salade ou plat chaud. "Les clients ont l'habitude de manger les pieds dans nos salades, et bien là, ce sera les pieds dans l'herbe en face, explique le restaurateur. On a fait quelques aménagements, avec des parasols pour être à l'ombre, c'est la seule solution si on veut s'en sortir et retrouver un jour la convivialité qui nous est chère".
Le reportage de Valérie Chopin et Thierry Bouilly/France 3 Bretagne
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société jardins nature coronavirus santé environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter