Pays de Redon : quand la conduite supervisée accompagne la mobilité des jeunes, enjeu du territoire

Pour contrer les problèmes de mobilité, la Mission locale du Pays de Redon et de Vilaine a lancé depuis une dizaine d'années la conduite supervisée. Afin de leur faciliter l'obtention du permis de conduire, les jeunes sont accompagnés par un parrain ou une marraine bénévole.

Cindy, 20 ans a besoin du permis de conduire pour accéder à l'emploi. "Pour trouver du travail, explique t-elle, j'ai besoin d'avoir mon permis le plus vite possible, ce qui me permettra de pouvoir me déplacer et d'être autonome !" Depuis une semaine Michel, 71 ans, bénévole à la Mission Locale de Redon a donc pris la jeune fille sous son aile. Après un premier bilan réalisé avec l'auto-école pour évaluer ses besoins, Cindy prend le volant une à deux fois dans la semaine, accompagnée par son parrain.

"Ce qu'on souhaite note Michel, c'est que les jeunes puissent prendre la voiture de façon détendue et avec confiance. Il faut sentir qu'ils vont pouvoir conduire".  Au-delà des 20 heures déjà passées avec le moniteur de l'auto-école, l'objectif c'est de permettre à la jeune conductrice de conduire le temps nécessaire avant l'examen,  pour qu'elle acquière de bons réflexes et de l'assurance. 

Deux régions et trois départements

Sur le Pays de Redon et de Vilaine, la mobilité représente un vrai problème. Les transports en commun ne sont pas suffisamment développés et en particulier entre Redon et les communes alentours. Le territoire est au carrefour de deux régions, la Bretagne et les Pays-de-la-Loire et de trois départements, l'Ille-et-Vilaine, le Morbihan et la Loire-Atlantique, ce qui constitue un obstacle majeur au développement des liaisons de transport et ne facilite ni l'accès à l'emploi, ni à la formation.

L'emploi peut être complètement bloqué pour ces questions de mobilité. C'est comme un mur insurmontable en face de ces jeunes. Le but du parrainage c'est d'inverser cela. Notre rôle c'est de lever progressivement les obstacles.

Jean-Pierre, 71 ans, parrain du dispositif "Conduite supervisée"

"Certains jeunes ici ont du mal à imaginer pouvoir travailler ou se former, c'est à dire se déplacer de façon quotidienne, au-delà de 10, voire même 5 kilomètres !" poursuit le retraité.

La conduite supervisée lancée en 2010

Un constat qui a conduit en 2010 la Mission locale à lancer ce dispositif de la conduite supervisée. Actuellement, huit parrains et marraines bénévoles, le plus souvent des retraités, donnent ainsi de leur temps pour faire conduire des jeunes entre 18 et 25 ans. Ils disposent de deux véhicules, une avec une boîte manuelle, une autre avec une boîte automatique. 

Depuis le début de cette année 2022, sur les neuf jeunes majeurs accompagnés, deux viennent juste d'obtenir leur permis de conduire. Pour trois nouveaux, les inscriptions sont en cours. La conduite supervisée a permis en 2021 à 13 jeunes du territoire d'obtenir leur permis de conduire.

Souvent, c'est un problème de manque de confiance. Et nous leur apportons, le petit plus que l'auto-école ne peut pas leur offrir !

Jean-Pierre, 71 ans, parrain du dispositif "Conduite supervisée"

"Une des jeunes-filles que j'ai accompagnée avait peur en voiture d'arriver sur une voie rapide, se souvient encore Jean-Pierre. Il a fallu le faire et le refaire avec elle. Nous devons nous adapter à leurs besoins. Mais en réalité il ne lui a fallu que quelques heures de conduite et elle a eu son permis."

Après des échecs à l'examen, le dispositif permet à certains de reprendre confiance. D'autres ont besoin de temps pour être à l'aise le jour J. Quelques uns ont parfois déjà leur permis, mais après une interruption, éprouvent la nécessité de se refaire la main avant de prendre le volant à nouveau. Le dispositif permet aussi d'éviter de multiplier le nombre de leçons et donc de réduire les coûts. Mais l'accompagnement se fait en lien avec l'auto-école, d'ailleurs trois rendez-vous sont prévus entre les trois parties, au démarrage, à mi-parcours et à la fin.


"Partager son expérience et s'enrichir mutuellement"

"Si je me suis proposé, confie pour sa part Yves, 62 ans, un des autres parrains bénévoles, c'est que je suis un tout jeune retraité, avec du temps et je voulais trouver à l'employer de façon judicieuse. J'avais envie de partager mon expérience, participer à une action de solidarité. C'est aussi un facteur de rencontre. Quand on est retraité, on ne voit plus souvent que des gens de son âge. C'est enrichissant mutuellement. C'est de l'échange, de la complicité aussi et de la confiance !"

D'autres dispositifs pour faciliter la mobilité

A la Mission locale du Pays de Redon, la conduite supervisée n'est pas le seul dispositif mis en place pour faciliter la mobilité. Des ateliers existent aussi pour s'entrainer au code de la route, avec des sessions tous les jeudis.

La structure dispose encore de quatre vélos à assistance électrique, deux cyclomoteurs, dix scooters, une voiture et une voiturette. Un parc qu'elle enrichit progressivement, pour permettre aux jeunes inscrits de pouvoir se rendre à des formations ou dans les entreprises, pour du travail, voire même pour des rendez-vous médicaux.

Et puis des ateliers ont été instaurés pour passer le permis AM (cyclos, scooters et voiturette).

Le covoiturage est encore beaucoup encouragé. D'ailleurs la Mission locale réfléchit au moyen d'utiliser la conduite supervisée pour rendre service à d'autres jeunes ayant besoin de moyens de locomotion pour se rendre à des rendez-vous... un nouveau chantier à développer !

La question de la mobilité exprimée dans la grande consultation Ma France 2022

La question des transports est une des préoccupations exprimées lors de la grande consultation Ma France 2022, lancée par France 3, à l'occasion de l'élection présidentielle. Ce qui a amené le bus de France 3 Bretagne et de France Bleu dans le Pays de Redon où la mobilité est un enjeu crucial.