Rennes, des bus au gaz pour une ville plus respirable

Ils ont une drôle de bosse sur le dos. Les premiers bus au Gaz Naturel pour Véhicules vont commencer à circuler dès cet été autour de Rennes Métropole Ils seront mis en service en septembre.

Rennes, des bus au gaz pour une ville plus respirable
Rennes, des bus au gaz pour une ville plus respirable

Le GNV (Gaz Naturel pour Véhicules), c’est au départ le même gaz que celui que l’on utilise au qutidien pour se chauffer ou cuisiner.

Dès le mois de septembre 2021, 39 bus roulant au GNV commenceront à circuler sur les lignes métropolitaines de Rennes, ce sont celles qui ont les parcours les plus longs, celles donc, où l’impact de ce changement devrait le plus se faire sentir. 29 autres bus arriveront entre 2021 et 2024, pour un total de 68 bus.

Le bruit et l’odeur

Les bus au GNV sont plus silencieux que les bus au diesel (50 % de bruit en moins) et émettent beaucoup moins de particules ( 90% de moins selon l’ADEME). Le Gaz est en effet constitué à 95% de méthane dont la combustion ne produit qu’une infime quantité de particules.

Les émanations de CO2 sont elles aussi moindres qu’avec les carburants traditionnels, 6% de moins que le diesel et jusqu'à 80% de moins  quand les bus rouleront au Bio GNV. Rennes Métropole souhaite que cela concerne 25 à 30% des bus d’ici 2025 -2030.

Selon l’association française du GNV, les véhicules roulant avec ce carburant engendreraient 15 % de gaz à effet de serre en moins que les bus circulant au gazole.

Enfin, le GNV rejette moins de polluants comme l’oxyde d’azote ( entre – 30 et -70% de moins que les autres carburants ) ou le monoxyde de carbone considérés comme responsables de problèmes respiratoires.

23 millions d’euros d’investissements

Le prix du Gaz Naturel pour Véhicules est inférieur à celui du Diesel (- 20%), mais Rennes Métropole va devoir investir dans des  équipements, installer un système de distribution du GNV et mettre aux normes l’atelier de maintenance.

En 2018, Rennes Métropole a lancé son Plan climat énergie territorial pour se mettre en conformité avec la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015.

Depuis, plus aucun bus diesel n’a été acheté. Une expérimentation est en cours depuis 2018 avec des bus électriques. 92 bus électriques supplémentaires arriveront sur les lignes entre 2022 et 2025.

En 2019, le rapport du Réseau Action Climat avait classé Rennes à la huitième place (sur douze) des agglomérations françaises en matière de lutte contre la pollution de l'air liée aux transports. Rennes affiche aujourd'hui un objectif 100% de bus propres en 2030.

En France, 13% du parc des bus et 10% du parc des bennes à ordures roulent déjà au GNV.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports environnement