30 ans après le meurtre d’une adolescente dans l’Aisne, un suspect arrêté à Rennes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Séverine Breton
Le corps sans vie de Nadège Desnoix avait été découvert le 25 mai 1994 sur la contournante de Château Thierry. 27 ans après les faits, un homme de 54 ans a reconnu son meurtre.
Le corps sans vie de Nadège Desnoix avait été découvert le 25 mai 1994 sur la contournante de Château Thierry. 27 ans après les faits, un homme de 54 ans a reconnu son meurtre. © FTV

Un homme de 54 ans a été interpellé à Rennes ce 30 novembre et placé en garde à vue. Mis en cause dans une affaire de violences conjugales, son ADN a été entré dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques. Il correspond à une trace prélevée sur les lieux de la découverte du corps de Nadège Desnoix, tuée en 1994.

Le 25 mai 1994, le corps de Nadège Desnoix, est découvert dans un bosquet à Château-Thierry sur un sentier au bord de la voie express. La jeune fille a été étranglée et poignardée à plusieurs reprises. À côté du cadavre, son cartable et une rose coupée. Elle avait 17 ans.


Pas de témoignages, pas de pistes. L'enquête s'enlise. Un instant, le tueur en série, Michel Fourniret est soupçonné, mais rien n’aboutit.

L' ADN au secours des enquêteurs 

En 2011, au vu des progrès de la police technique et scientifique, les scellés de l’affaire sont réexaminés. Sur le chouchou qui attachait les cheveux de la jeune fille, les enquêteurs découvrent de l’ADN, mais l’empreinte est inconnue.

Et puis, il y a quelques jours, l’ADN d’un quinquagénaire prélevé après des violences conjugales est introduit dans le FNAEG (fichier national automatisé des empreintes génétiques). Le fichier établit une similitude avec celui du chouchou.

L’homme a été interpellé, placé en garde à vue. Il serait déjà connu pour des affaires d'enlèvements de mineurs et de viols.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.