Allergique aux ondes, elle entame une grève de la faim

Une antenne relais en Bretagne / © AFP (Fred Tanneau)
Une antenne relais en Bretagne / © AFP (Fred Tanneau)

Elle ne tolère pas les ondes des téléphones portables, le wifi la rend malade. Christiane Le Dauphin est allergique aux champs magnétiques. Cette habitante de Boistrudan (35) vit un véritable enfer. Aujourd'hui, elle entame une grève de la faim et réclame la création de zones blanches, sans ondes.

Par Sylvaine Salliou

Quand on rencontre Christiane Le Dauphin, on vient chez elle, sans portable. Cette femme est allergique aux ondes depuis quelques années, comme d'autres sont allergiques au gluten, ou aux oeufs. Elle a emménagé à Boistrudan, en Ille-et-Vilaine, il y a deux ans, croyant être plus à l'abri des champs magnétiques. Jusque-là, elle habitait à Rennes, mais sa vie était en danger. A Boistrudan, ses maux se sont atténués au début. Elle avait moins mal à la tête, elle dormait presque normalement et surtout ses troubles digestifs et ses troubles de la mémoire étaient moins pénibles. Mais depuis quelques mois, c'est reparti.


Elle veut vivre dans un zone blanche

Elle ne sort quasiment jamais de chez elle, elle vit avec un filet de cuivre sur la tête, dans un sac de couchage en fil de cuivre également. Mais malgré toutes ces précautions, aujourd'hui, elle va mal, elle veut entamer une grève de la faim pour dire son désespoir. Elle n'a jamais voulu se couper de la société en s'enfermant dans une grotte isolée, elle souhaite juste vivre dans un endroit sans ondes, sans champs magnétique, dans une zone blanche. Sauf que les zones blanches, il n'y en a presque plus en France. Les ondes sont partout, dans nos téléphones sans fil, sur nos appareils électriques, dans les ampoules basses consommations, les baby phones et bien sûr les portables... Aujourd'hui, il y a 72 millions de téléphones portables en France, on a compté 120 milliards de minutes consommées l'an dernier. Le pays est couvert d'antennes relais, il y en avait plus de 78 000 à la ville, comme à la campagne, en 2012. Et le pays compte de plus en plus d'électrosensibles, qui ont du mal à faire reconnaître leur maladie.

Ces ondes qui tuent : les allergiques aux champs magnétiques
Christiane Le Dauphin, électrosensible Dominique Belpomme, cancérologue, président de l'Artac Jean-Marie Danjou, directeur général délégué au collège Mobile de la Fédération Française des Télécoms

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expo Louise de Quengo à Rennes

Près de chez vous

Les + Lus