Alzheimer. A Rennes, une étude pour mesurer les effets de la musique sur les malades

Publié le

Music'Alz, c'est le nom de l'étude conduite actuellement par le CHU de Rennes auprès de patients atteints de la maladie d'Alzheimer et souffrant du symptôme d'apathie. La musique est le seul outil utilisé ici. L'expérimentation vise à observer si quelques notes glissées au creux de l'oreille permettent de réduire le comportement apathique.

Quand la mémoire devient oubli et que les mots ne sont plus là, la musique peut adoucir la vie des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Amandine Bidault y croit dur comme fer et s'intéresse de près aux bienfaits de la musicothérapie. "C'est étonnant de voir le lien qui existe avec la musique, constate cette ergothérapeute du CHU de Rennes. Certains patients vont fredonner alors que, d'ordinaire, ils ne parlent plus".

Un casque, une tablette, de la musique

Depuis le mois de juin, une expérimentation baptisée Music'Alz est menée auprès de malades de l'EHPAD de l'Hôtel-Dieu à Rennes. Plus précisément au sein du Pôle activités et soins adaptés. Amandine Bidault pilote cette étude en s'appuyant sur le Living Lab 'Vieillissement et vulnérabilité" de l'hôpital.

Un casque, une tablette et des morceaux de musique composent le dispositif qui permet de mesurer la réaction des patients souffrant d'apathie, le symptôme le plus fréquent de la maladie d'Alzheimer. "Et celui sur lequel il est le plus difficile d'agir, constate Kevin Charras, directeur du Living Lab. Car ces personnes expriment peu d'émotions, sont capables de rester assises sur une chaise toute une journée, ne prennent pas d'initiatives".

Le principe est simple : il s'agit de faire écouter de la musique, calme puis rythmée, à des malades choisis selon des critères cognitifs précis. "Rien ne se fait sans l'accord du patient lui-même, quand il est en mesure de le donner, ou de sa famille, précise Amandine Bidault. Il va ensuite bénéficier de 12 séances d'écoute musicale, à raison de deux par semaine. Chacune dure environ 20 minutes, dans un environnement qui limite les stimuli extérieurs". 

Soulager

Pendant ces 20 minutes, le soignant présent dans la pièce va noter les réactions du malade. "'S'il bat la mesure avec son pied, s'il parle, s'il chante, souligne l'ergothérapeute. Juste après cette séance d'écoute, il continuera à être observé, que ce soit au cours du repas ou lors d'une activité, pour voir s'il s'implique et comment".

La musicothérapie est l'une des techniques non-médicamenteuses utilisées dans le traitement des symptômes liés à Alzheimer. "Malheureusement, le non-médicamenteux reste peu déployé, regrette Kevin Charras. Tout simplement parce qu'il n'y a pas de stratégie nationale dans ce domaine et donc peu de moyens pour le mettre en oeuvre sur le terrain".

Il n'existe aucun médicament contre la maladie d'Alzheimer. Soulager les symptômes et améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de cette pathologie neurodégénérative, "maximiser leur bien être" au quotidien, voilà le sens de cette première expérimentation qui concernera 30 malades.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité